Un mensuel au service
des intervenants francophones
en promotion de la santé

Numéro 278

Campagne «Fred et Marie» sur la violence psychologique


Doublement du nombre d’appels vers la ligne «Écoute violences conjugales»


À l’occasion de la Journée internationale de la femme du 8 mars dernier, Fadila Laanan, la ministre de la Santé et de l’Égalité des chances de la Fédération Wallonie-Bruxelles a fait le point sur la nouvelle campagne de sensibilisation et prévention des violences conjugales (1).
Sensibiliser aux différentes formes de violences entre partenaires et informer directement les victimes et leur entourage sur les moyens d’y faire face sont les éléments clés d’une stratégie efficace de lutte contre la violence conjugale. En ce sens, les pouvoirs publics francophones soutiennent depuis trois ans la ligne «Écoute violences conjugales» (0800 30 030), qui offre un espace d’expression et de dialogue aux personnes victimes de violence.
La violence psychologique touche un couple sur huit en Belgique. Plus discrète que la violence physique, elle n’en constitue pas moins une réelle souffrance qui, progressivement, affecte la santé des personnes qui y sont exposées.
C’est un message très simple et très direct que la campagne de sensibilisation envers les violences faites aux femmes a souhaité faire passer cette année: la violence psychologique, c’est de la violence tout court.
Depuis 2009, la Ministre Fadila Laanan a intégré la sensibilisation aux violences entre partenaires à sa politique de prévention en matière de santé publique. Chaque année, une campagne audiovisuelle de grande envergure est mise en œuvre à son initiative, avec le soutien de la Wallonie et de la COCOF. En lançant le 19 novembre 2011 la campagne «Fred et Marie», elle a innové: la communication comprend à la fois un spot de 30 secondes diffusé en télévision et en radio et aussi un court métrage, «Fred et Marie» diffusé en télévision et sur Internet.
Près de 700 passages en télé et 600 passages en radio du spot de 30 secondes, à des heures de grande écoute, ont été assurés par les médias audiovisuels de la Fédération Wallonie-Bruxelles: la RTBF, RTL, Contact, Nostalgie.
Le court métrage, produit par «Bonjour Inc.», réalisé par Arnaud Petit et Nicolas Dedecker , avec Jean-Jacques Roisin et Erika Saintes dans les rôles principaux, a été diffusé en télévision sur la RTBF, RTL, Be TV, Belgacom et l’ensemble des télés locales. Le film a déjà fait l’objet de plus de 130.000 vues sur Internet, avec un succès important de la version sous-titrée en anglais au-delà de nos frontières. En effet, des commentaires enthousiastes venant des États-Unis, d’Angleterre, de Grèce, de Nouvelle-Zélande… affluent sur le web.
Ce film est utilisé par des enseignants et des animateurs pour organiser des débats, des séances d’information ou de formation sur la thématique des violences entre partenaires, chez nous bien sûr, mais également en France. Des affiches et un dépliant d’information sont diffusés très largement, auprès des associations, des services sociaux et des institutions de soins. Un effort particulier est accompli à l’attention des médecins généralistes qui ont reçu ce matériel en mars.
Au cours de la campagne, le nombre d’appels vers la ligne «Écoute violences conjugales» a fortement progressé, passant d’une moyenne de 241 à 587 appels par mois. Ces campagnes successives ont permis une meilleure visibilité des missions de la ligne. Aujourd’hui, trois appels sur quatre concernent strictement la violence conjugale.
Ces chiffres témoignent de la portée et de l’impact de la campagne sur le public, non seulement les victimes, leur entourage mais aussi les auteurs des faits.
Le film est visible sur http://www.fredetmarie.be . Le DVD est gratuitement disponible via egalite@cfwb.be.
(1) Voir ‘Violences conjugales: offrir un lieu d’écoute spécialisé et anonyme’ , Emmanuelle Mélan, Éducation Santé n°275, février 2012.

×
×