Un mensuel au service
des intervenants francophones
en promotion de la santé

Numéro 333

Des clés pour mieux «concevoir» et accompagner les adolescents


« L’absence de murs, cela se construit » (Bruno Humbeeck)

Dans le cadre d’un vaste programme éducatif « Et toi, t’en penses quoi ? », les Mutualités chrétiennes (MC) ont développé un outil pédagogique de mise en débats pour favoriser l’esprit critique des jeunes de 14 à 18 ans par rapport à leurs choix en matière de santé et de bien-être.

Depuis la rentrée de septembre, les services Infor Santé de promotion de la santé de la MC ont invité les professionnels de l’éducation et de l’animation à des journées décentralisées de conférences, tables rondes et débats d’atelier en Wallonie et à Bruxelles.

Le 31 janvier 2017, c’était au tour des locaux de la faculté de médecine de l’UCL à Woluwe-Saint-Lambert d’accueillir près de 200 professionnels de l’enseignement, de la PSE (Promotion de la Santé à l’École), de l’Aide en Milieu Ouvert (AMO), des Services d’Aide et d’Intervention Éducative (SAIE)… pour une journée déclinée en deux temps, plénière le matin, ateliers thématiques l’après-midi.

Le contenu devait faire mentir le caractère un peu réducteur de l’intitulé de cette initiative « L’ado, le décoder pour mieux l’accompagner ». Comme l’indiquait le conférencier du jour, Bruno Humbeeck1 , il s’agissait plutôt d’aborder « L’adolescence : entre métamorphose et besoin d’expression, des clés pour mieux concevoir et accompagner ».

Dans un exposé passionnant, à la fois riche en balises théoriques et par moment aussi très concret, il invitait les adultes à dépasser une vision stéréotypée de l’adolescence et de ses « problèmes » et à éviter le piège de nourrir à l’égard de ces êtres en pleine métamorphose des attentes démesurées.

De ses affirmations percutantes, sur le règne de l’émocratie, sur le rapport entre journaux intimes et temps qui passe, sur le rire convivial opposé au rictus menaçant, sur les attentes démesurées des « hélicoptères », des « drones », des « frotteurs de curling », nous retiendrons en particulier son décentrage culturel et géographique au Bénin. Son expérience d’une société qui n’a même pas de mot spécifique pour désigner l’adolescent lui fait dire que pour le comprendre, il faut avoir l’humilité d’un ethnologue.

On l’aurait écouté des heures et cela tombait bien car la table ronde qui suivait lui permit de préciser d’autres aspects de son approche de l’adolescence, en particulier dans le domaine de la communication.

Modéré avec sa bienveillance habituelle par Bernadette Taeymans (directrice de l’asbl Question Santé), alimenté par quelques questions écrites des participants (très bonne idée), l’échange porta entre autres sur deux compétences importantes : le développement de l’estime de soi et la stimulation de l’esprit critique.

Bernard De Vos, Délégué général aux droits de l’Enfant de la Fédération Wallonie Bruxelles eut l’occasion de nous rappeler combien l’école francophone belge est inégalitaire :  les meilleurs élèves rivalisant avec les vedettes du classement PISA ; les moins bons occupant la queue du classement aux côtés d’élèves de sociétés dictatoriales et rétrogrades.

Stigmatisant la logique délétère de l’école de la relégation, il plaida (une fois de plus) pour le formidable travail des acteurs de l’éducation informelle, exercé avec des budgets 60 fois inférieurs…

Claire-Anne Sevrin (Yapaka) expliqua la philosophie de travail de prévention primaire de la maltraitance mise en place par ce programme à l'initiative du Ministère de la Fédération Wallonie-Bruxelles mis en place en 2006 (www.yapaka.be).

Elle montra aussi comment cette philosophie peut se traduire à travers le blog de Sandrine (www.100drine.be), un personnage fictif dans lequel de nombreuses filles de 12 à 15 ans peuvent se reconnaître. Cette jolie initiative m’a fait songer aux délicieux «Cahiers d’Esther» de Riad Sattouf, cette série de bande dessinée en cours de publication qui suit la vie quotidienne d’une fille de 10 jusqu’à 18 ans (elle en a onze pour le moment).

L’après-midi était consacré à 7 ateliers de haut vol : être acteur du changement dans un monde radicalisé ;

  • travailler l’accès aux informations de santé avec un public primo-arrivant ;
  • aborder les représentations dans le cadre de l’Éducation à la vie Relationnelle, Affective et Sexuelle (EVRAS) ;
  • travailler les compétences de santé avec les ados malades ;
  • renforcer l’esprit critique et l’estime de soi ;
  • faire face au harcèlement ;
  • travailler les compétences émotionnelles.

Ajoutons à cela une très riche et judicieuse sélection d’outils pédagogiques, des échanges nourris entre participants et une organisation sans faille du service Infor Santé de la Mutualité de Bruxelles bâtie sur un partenariat exemplaire avec le RESO UCL, Question Santé et le Centre bruxellois de promotion de la santé. Que demander de plus ?

Nous laisserons le mot de la fin à un des jeunes interrogés dans la capsule vidéo présentée en tout début de matinée qui comparait la cour de récréation de son école à un préau de prison, ce qui faisait remarquablement écho à un propos entendu deux heures plus tard de Bruno Humbeeck, à savoir que transformer l’espace en territoire s’avère souvent catastrophique !

Un outil pédagogique dédié aux adolescents

Le site www.et-toi.be2 s’adresse aux professionnels qui souhaitent que les adolescents puissent développer leur esprit critique sur des thématiques qui les concernent et les intéressent, en valorisant les échanges entre eux.

Ils peuvent y trouver des fiches théoriques et pratiques, des dossiers d’animation personnalisés et des supports prêts à l’emploi sur les sujets suivants : alcool, boissons énergétiques et énergisantes, consommation durable, décodage des médias, drogues et addictions, eau et sodas, fastfood, light, régimes, réseaux sociaux, bouger, stress, tabac, vie relationnelle et affective.

Cet outil a obtenu la mention « coup de cœur » de la Cellule d’experts de PIPSa en décembre 2013.

 

La philosophie du projet d’Infor Santé

Adopter une démarche de promotion de la santé dans sa pratique de terrain avec les adolescents…

  • C’est avoir une vision positive et globale de la santé du jeune.
  • C’est agir sur les divers déterminants de la santé, en portant une attention particulière aux déterminants positifs.
  • C’est soutenir le jeune pour qu’il puisse mettre en valeur ses aspirations, ressources et aptitudes.
  • C’est reconnaître les inégalités sociales de santé dans notre société et mener des actions visant leur réduction et/ou la réduction de leur impact.
  • C’est s’inscrire dans une dynamique de partenariat pour développer des projets interdisciplinaires et intersectoriels incluant les jeunes.
  • C’est insister pour que la santé soit une préoccupation de toutes les politiques et à tous les niveaux de décision.
 

  1. Bruno Humbeeck est à la fois actif sur le terrain en tant que psychodépagogue et aussi directeur de recherche au sein du service des Sciences de la famille de l’Université de Mons. Il est l’auteur de nombreux ouvrages sur la question, dont récemment « De Blanche-Neige à Harry Potter : des histoires pour rebondir ».

  2. Voir l’article d’Infor Santé « Parler santé aux ados », Éducation Santé n° 298, mars 2014, http://educationsante.be/article/parler-sante-aux-ados/

×
×