Un mensuel au service
des intervenants francophones
en promotion de la santé

Numéro 328

Hébergement social et aide alimentaire en Wallonie


Hébergement

Le Gouvernement wallon, sur proposition du Ministre de l’Action sociale et de la Santé, a approuvé un projet d’arrêté portant sur l’hébergement des personnes en difficultés sociales. Outre la création de nouveaux abris de nuit, de nouvelles maisons d’accueil pour femmes victimes de violence conjugale verront également le jour en Wallonie.

Davantage d’abris de nuit, mieux soutenus et mieux répartis

Actuellement, la Wallonie compte 8 abris de nuit pour une capacité d’accueil totale de 166 places agréées. Concentrés le long de la dorsale wallonne, ces abris de nuit ne permettent pas de répondre de manière adéquate aux besoins et attentes en matière d’hébergement d’urgence sur l’ensemble du territoire wallon.

Face à ce constat, le Ministre Maxime Prévot a proposé au Gouvernement wallon de soutenir la création de 5 abris de nuit supplémentaires, soit au minimum une soixantaine de places complémentaires qui seront mises à disposition en 2018 au plus tard.

L’objectif est de compter au moins un abri de nuit dans chaque province wallonne ainsi que dans chaque ville de plus 50.000 habitants. Autrement dit, 5 abris de nuit supplémentaires seront situés à Verviers, Tournai, Mouscron, un dans le Brabant wallon et un en province de Luxembourg, plus que probablement à Arlon.

Le Gouvernement wallon a également approuvé le financement additionnel qui permettra de pérenniser le fonctionnement des abris de nuit. Désormais, en plus de diverses subventions (plan de cohésion sociale, emplois APE…), les abris de nuit seront financés sur base d’un montant forfaitaire par place agréée. Outre la pérennisation de leurs activités sur le long terme, ce financement améliorera l’accompagnement social des citoyens en difficulté. Au total, ce sont 500.000 € supplémentaires qui seront dégagés annuellement. En contrepartie, les acteurs de terrain s’engagent à ouvrir les abris de nuit au minimum 8 mois par an en ce compris les mois concernés par le Plan Grand Froid (du 1er novembre au 31 mars).

Au moins 3 maisons d’accueil en plus pour femmes victimes de violences conjugales

À l’heure actuelle, 15 maisons de ce type existent déjà sur le territoire wallon. La Wallonie mobilisera les moyens budgétaires nécessaires pour encourager la création d’au moins 3 nouvelles maisons d’accueil supplémentaires au 1er janvier 2017. Ce sont dès lors 165.000 € de subsides additionnels qui seront dégagés dans le cadre de la politique wallonne en matière de santé et d’action sociale.

À terme, le budget devrait permettre de faire passer le réseau d’accueil des femmes victimes de violence conjugale à 24 maisons d’accueil, réparties au prorata de la population des 5 provinces wallonnes.

Aide alimentaire

Le Gouvernement wallon a aussi validé l’avant-projet de décret visant à pérenniser l’action des épiceries sociales et des restaurants sociaux auprès des personnes en situation de précarité.

Les épiceries sociales et les restaurants sociaux jouent un rôle essentiel en matière lutte contre la précarité, une des priorités du Gouvernement wallon. Ces structures favorisent la réinsertion sociale des personnes précarisées en leur permettant de bénéficier de repas à un coût réduit et d’un accès à des produits alimentaires et d’hygiène de qualité à un prix inférieur à celui pratiqué dans le circuit commercial.

Ces deux démarches s’inscrivent pleinement dans une dynamique de responsabilisation des personnes en situation de précarité en leur donnant les moyens de gérer elles-mêmes leurs achats ou de participer aux frais d’un repas, bases qui leur permettront de retrouver la dignité.

Partant du constat que le secteur de l’aide alimentaire est morcelé en de nombreuses petites structures, le Ministre Maxime Prévot a proposé au Gouvernement wallon d’adopter un décret visant à:

  • renforcer la concertation entre les acteurs de terrain au sein d’une coupole participative. Les moyens à disposition des associations pourront ainsi être renforcés et optimisés par la mutualisation et la recherche de moyens additionnels;
  • soutenir les opérateurs dans la formation des travailleurs et des bénévoles pour améliorer l’accueil et l’accompagnement des personnes précarisées;
  • encourager une alimentation saine, équilibrée et de qualité;
  • limiter le gaspillage alimentaire;
  • etc.

Afin de pérenniser le fonctionnement des épiceries sociales et restaurants sociaux, ils recevront un financement annuel complémentaire en portant la subvention que la Wallonie leur consacre à 935.000 € annuels. Ce budget garantira ainsi leurs activités sur le long terme et l’amélioration de l’accompagnement social des citoyens les plus fragilisés.

Maxime Prévot se réjouit de pouvoir donner de l’oxygène aux épiceries sociales et restaurants sociaux en pérennisant leur financement: «Ces associations réalisent un travail de terrain essentiel pour les personnes précarisées: elles créent du lien et en font des acteurs de leur propre réinsertion sociale.»

×
×