Un mensuel au service
des intervenants francophones
en promotion de la santé

Numéro 343

La démarche communautaire : une méthodologie qui fait santé ? Du social à l’urbanisme, en passant par la justice… tous concernés !


Ce numéro de Politiques Sociales, paru en 2016, regroupe un ensemble d’articles scientifiques autour de cette question : « La démarche communautaire : une méthodologie qui fait santé ? »

En tant qu’acteur en promotion de la santé et lecteur averti, ce terme « démarche communautaire » résonnera sûrement dans vos oreilles. Cette stratégie est en effet connue et documentée « au sein du secteur » pour s’adresser aux déterminants de la santé et aux inégalités sociales de santé qu’on y retrouve. On parle alors de « démarche communautaire en santé », ou parfois encore de « santé communautaire ». Mais justement, cet ouvrage nous emmène au-delà : il se focalise sur la méthodologie en elle-même, appliquée « dans différents secteurs », en posant systématiquement la question de son influence et son impact sur la santé.

Dès le début de l’ouvrage, le lecteur est amené à questionner sa vision de la santé : quand parle-t-on de santé ? Mais surtout, à partir de quel moment  un secteur d’activité ou un champ d’action ne relève-t-il plus de la santé ? De manière intrinsèque, la démarche communautaire « fait-elle santé », peu importe le secteur ou la finalité de sa mise en oeuvre ?

Les articles visitent des secteurs d’activité différents : la santé en est un parmi d’autres tels que le travail social, la justice, l’urbanisme, la protection de l’enfance… Le tout forme un recueil dense car riche en informations et découvertes, et  qui nous offre l’occasion de « décloisonner » la santé pour la rouvrir aux autres champs d’actions, autrement dit pour s’adresser à ses déterminants. Les auteurs ne sont donc pas nécessairement des « intervenants en promotion de la santé » au sens restrictif. Ils sont aussi issus de ces « autres » secteurs. L’ouvrage ne se structure pas, comme on le voit souvent, en des articles théoriques d’une part, et un recueil de projets d’autre part. Chacun intègre les repères méthodologiques (transversalité, participation, partage des pouvoirs et des savoirs…) et une analyse de la question de départ. On apprécie la richesse de cet apport, l’exercice auquel les auteurs se sont prêtés…et qu’ils nous proposent en tant que lecteur !

Le premier article du recueil a la particularité de faire échos à une publication antérieure qui portait sur le thème de « la santé communautaire » (c’est d’ailleurs la même auteure qui y avait participé à l’époque, en 1997). A présent, N. Thomas élargit le propos à la « démarche communautaire » et introduit les grands principes qui la sous-tendent, clés de lecture précieuses pour la suite de l’ouvrage.

Ensuite, le recueil présente d’abord des projets pour lesquels « la santé est une fin en soi », qui s’inscrivent directement dans le secteur de la santé. Au fil des articles, on s’éloigne de celui-ci pour découvrir des projets dont la santé n’est pas la préoccupation au départ. Pourtant, chaque auteur revient sur certains repères méthodologiques de la démarche communautaire…et de fil en aiguille, de manière plus ou moins explicite dans chaque article, l’action sur un ou plusieurs déterminants de la santé émerge.

En guise de conclusion, G. Absil nous propose dans le dernier article de répondre, pour tous, à la question : « Toute démarche communautaire, quel que soit le secteur dans lequel elle est appliquée, fait-elle santé ? Et si oui, en quoi ? ». Il s’agit ici d’une théorisation des projets et analyses présentées. Il faut s’accrocher un peu au départ pour la lecture, ne vous aventurez pas dans ce texte sans avoir réellement parcouru les articles sur lequel il revient. Mais suivre son raisonnement devient alors passionnant.

L’ouvrage « décloisonne », permet une transversalité et invite à l’intersectorialité. Il nous incite aussi, en tant que lecteur, à penser la santé dans toutes les politiques tel que recommandé par l’OMS1. Mais au-delà, l’ensemble des textes constitue une belle occasion de (ré)approfondir, (re)découvrir la démarche communautaire, une approche parfois mangée à toutes les sauces aujourd’hui.

Pour vous mettre l’eau à la bouche, voici le sommaire des articles :

  • « La santé communautaire dans Les Politiques Sociales de 1997 : éléments précurseurs et politiques transversales » de N. Thomas
  • « Agir sur les inégalités sociales de santé : une mise en œuvre de démarche communautaire en santé » de F. Déjou, N. Hubin et V. Vanexem (dont vous retrouverez l’interview ci-dessus !)
  • « Une démarche communautaire innovante : les Groupes d’entraide mutuelle » de M. Jaegger.
  • « Une approche du travail social communautaire en Belgique » de C. Maeyens et C. Bosquet
  • « Dans la Cité des Anges, une histoire de David contre Goliath » de M. Ferguson
  • « L’appropriation citoyenne de l’aménagement urbain : l’exemple de Pointe-Saint-Charles à Montréal » de J. Bernier et K. Triollet
  • « Mobilisation communautaire pour la protection des enfants au Burkina Faso » de Z. Lassina
  • « Le pouvoir d’agir par le droit : une démarche communautaire des droits humains » de S. Stanton
  • « La démarche communautaire, quel que soit le secteur, fait-elle toujours santé ? » de G. Absil

 

Pour vous procurer l’ouvrage : Les politiques sociales, « La démarche communautaire : une méthodologie qui fait santé ? », Vol.1 & 2, Service Social dans le Monde, 2016, pp. 160  : http://www.lespolitiquessociales.org/1&2-2016.html ou http://www.lespissenlits.be/


 

  1. La santé dans toutes les politiques renvoie à une approche intersectorielle des politiques publiques. C’est la prise en compte systématique de la santé et ses déterminants de la part des décideurs da tous secteurs, tant au moment de l’élaboration, de l’implantation ou de l’évaluation de celles-ci.

×
×