Un mensuel au service
des intervenants francophones
en promotion de la santé

Numéro 328

La pauvreté à Bruxelles en 2016


Le Baromètre social présente annuellement une série d’indicateurs qui éclairent différents aspects de la pauvreté en Région bruxelloise. Il expose la situation socio-économique des Bruxellois et, dans la mesure du possible, reprend les indicateurs de pauvreté tels que définis dans le cadre de la méthode ouverte de coordination en matière de protection et d’inclusion sociale de l’Union européenne.

En parcourant les chiffres clés repris ci-dessous, il faut garder à l’esprit qu’une certaine proportion de personnes en situation de pauvreté échappe probablement à plusieurs de ces statistiques, notamment les personnes en situation irrégulière ou sans-abri.

Quelques chiffres

En Région bruxelloise, «le taux de risque de pauvreté ou d’exclusion sociale» se situe autour de 38 %. Approximativement un tiers des Bruxellois (30 %) vivent avec un revenu inférieur au seuil de risque de pauvreté. Le taux de risque de pauvreté est particulièrement élevé parmi les personnes qui vivent dans un ménage sans emploi ou avec une faible intensité de travail. À Bruxelles, un actif sur cinq (19 %) et plus d’un jeune actif de moins de 25 ans sur quatre (29 %) est demandeur d’emploi inoccupé (DEI).

Un quart des enfants bruxellois de moins de 18 ans (24 %) grandissent dans un ménage sans revenu du travail. La part de la population percevant une allocation d’aide sociale ou un revenu de remplacement (à l’exception des pensions) est élevée en Région bruxelloise : 22,5 % des personnes d’âge actif (18-64 ans) et 18 % des personnes âgées (65 ans et +) sont concernées.

Plus particulièrement, 5 % de la population bruxelloise d’âge actif perçoit un revenu d’intégration sociale ou équivalent, et ce pourcentage est plus de deux fois plus élevé (11 %) parmi les jeunes adultes (18-24 ans). Parmi les personnes âgées, 10 % perçoivent la GRAPA. Ainsi, en Région bruxelloise, plus d’un jeune sur dix et une personne âgée sur dix ne disposent pratiquement pas d’autres ressources que leur allocation d’aide sociale.

Plus d’un quart de la population bruxelloise (26 %) est bénéficiaire de l’intervention majorée pour les soins de santé (BIM).

En Région bruxelloise, parmi les jeunes de 18 à 24 ans, environ un jeune homme sur six et une jeune femme sur sept ont quitté prématurément l’école sans avoir obtenu le diplôme de l’enseignement secondaire supérieur. Quel que soit leur âge, les personnes sans diplôme du secondaire ont beaucoup de difficultés à s’insérer sur le marché du travail : 29 % des actifs bruxellois ayant au maximum un diplôme de l’enseignement secondaire inférieur sont au chômage.

Le coût élevé du logement pèse lourdement dans le budget des ménages bruxellois. Entre 2004 et 2015, le loyer moyen corrigé de l’inflation a augmenté de 22 %. En supposant que le loyer maximum accessible pour le ménage ne peut dépasser 25 % de son budget, 60 % de la population bruxelloise n’aurait accès qu’à 9 % du parc locatif en 2015. L’accessibilité des logements pour les personnes à bas revenus s’est donc fortement détériorée, dans une région où la grande majorité des logements sont occupés par des locataires (61 %). En témoigne notamment le nombre croissant de ménages sur liste d’attente pour un logement social (45 742 avant radiations) : moins de la moitié des demandes pour un logement social (46 %) sont satisfaites. Au niveau de la qualité des logements, environ 22 % des ménages bruxellois évoquent au moins l’un des problèmes suivants concernant leur domicile : situation de surpeuplement, incapacité à chauffer convenablement leur logement et problèmes d’humidité ou de moisissures. Cette proportion s’élève à environ 35 % parmi les 20 % des ménages bruxellois les plus pauvres.

La plupart des indicateurs suggèrent que la proportion de personnes en situation de pauvreté est globalement plus élevée en Région bruxelloise qu’au niveau des deux autres régions du pays. Cependant, la comparaison de la Région bruxelloise avec les grandes villes du pays indique que la situation socioéconomique serait équivalente, voire plus défavorable encore dans les grandes villes wallonnes selon l’indicateur considéré.

Inégalités socio-spatiales

Les chiffres globaux pour la Région bruxelloise masquent l’importance des inégalités socio-spatiales au sein de son territoire; il existe en effet de grandes disparités en termes de pauvreté entre les quartiers et les communes bruxelloises. Le taux de chômage, par exemple, varie largement d’une commune à l’autre : le taux le plus élevé est observé à Saint-Josse-ten-Noode (28 %) et le plus faible à Woluwe-Saint-Pierre (9 %). Le revenu médian par déclaration diffère également de façon importante selon les communes bruxelloises : il varie de 14 884 € à Saint-Josse-ten-Noode à 25 280 € à Woluwe-Saint-Pierre.

Par ailleurs, si 14 % des élèves bruxellois en première année de l’enseignement secondaire ont déjà accumulé au moins deux ans de retard scolaire, cette proportion avoisine les 20 % dans les communes les plus pauvres - la plus élevée étant observée parmi les élèves résidant à Saint-Josse-ten-Noode (27 %). Cette proportion est nettement plus basse dans les communes plus aisées, comme à Woluwe-Saint-Pierre (4 %).

Les personnes en situation de pauvreté et de précarité sont en grande partie concentrées dans le “croissant pauvre” de la Région bruxelloise (zone formant un croissant à l’ouest du centre-ville), et ce depuis plusieurs décennies.

Inégalités de santé

La situation socioéconomique des personnes influence de façon très importante leur état de santé. La grande hétérogénéité sociale qui caractérise la Région bruxelloise se reflète dans d’importantes inégalités de santé. Les inégalités face à la mort représentent le sommet de l’iceberg : entre les communes bruxelloises les plus pauvres et les plus aisées, la différence d’espérance de vie est de 3 ans pour les hommes et de 2,6 ans pour les femmes. Pas moins de 22,5 % des ménages bruxellois déclarent avoir retardé des soins de santé pour raisons financières, et ce pourcentage atteint 40 % parmi les 20 % des ménages les plus pauvres.

Quelques évolutions… pas toujours faciles à saisir

Il n’est pas évident de mesurer l’évolution de la pauvreté à Bruxelles. Tout d’abord, bon nombre d’indicateurs de pauvreté, notamment le taux de risque de pauvreté ou d’exclusion sociale, ne sont disponibles que sur base de l’enquête EU-SILC. Or, la petite taille de l’échantillon pour la Région bruxelloise implique de larges intervalles de confiance limitant de façon importante la fiabilité du calcul des évolutions.

Ensuite, les indicateurs basés sur des données administratives posent souvent des problèmes de ruptures de séries liées à des changements de législation (ex. enrôlement fiscal), rendant difficile l’interprétation des évolutions. Par ailleurs, les évolutions du nombre d’allocataires sociaux peuvent également traduire des changements au niveau de l’accès à certains droits résultant de modifications de pratiques ou de législations (conditions d’accès au revenu d’intégration sociale, à l’aide sociale équivalente au revenu d’intégration sociale, aux allocations de chômage, etc.), plutôt qu’une variation du nombre de personnes en difficulté.

Enfin, certains groupes parmi les plus défavorisés n’apparaissant pas ou peu dans la plupart des statistiques disponibles, l’évolution de leur nombre est, a fortiori, difficile à évaluer.

Entre janvier 2014 et janvier 2015, on constate une légère baisse du nombre total de personnes avec une allocation d’aide sociale ou un revenu de remplacement (à l’exception des pensions), parmi les jeunes (18-24 ans) surtout (-7 %), mais également parmi la population d’âge actif (-3 %), et parmi les personnes de 65 ans et plus (-2 %). Pour les jeunes et la population d’âge actif, cette baisse s’explique intégralement par la diminution du nombre de personnes percevant une allocation de chômage ou d’insertion.

En effet, le nombre de chômeurs indemnisés a diminué au sein de la population d’âge actif (-9,5 %), et de façon particulièrement marquée parmi les jeunes (-28 %). Ces baisses peuvent s’expliquer par différents facteurs, tels une augmentation des offres d’emplois (amélioration de la conjoncture), certaines mesures d’emploi mises en place, mais également des changements de règlementations relatifs au durcissement des conditions d’accès aux allocations d’insertion et de chômage (limitation dans le temps des allocations d’insertion, contrôle de disponibilité accru etc.). Le nombre de demandeurs d’emploi inoccupés (DEI) inscrits chez Actiris indique également une tendance à la baisse ces dernières années, mais moins forte que celle des DEI indemnisés. Il en résulte une proportion croissante de demandeurs d’emploi sans allocations de chômage : en Région bruxelloise, la part de DEI ne percevant pas d’allocations de chômage est passée de 21 % en 2006 à 31 % en 2016. Pour les jeunes (moins de 25 ans), la proportion de DEI ne percevant pas d’allocation de chômage ou d’insertion est passée de 44 % en 2006 à 64 % en 2016.

Entre 2014 et 2015, parmi la population d’âge actif, une augmentation du nombre de personnes percevant une indemnité d’invalidité est enregistrée (+6,5 %), ainsi qu’une croissance du nombre de bénéficiaires du revenu d’intégration sociale (+9,5 %). En revanche, la baisse du nombre de bénéficiaires de l’aide sociale équivalente au revenu d’intégration sociale (ERIS) se poursuit (-9 %). Cette tendance s’explique en grande partie par de nouvelles mesures adoptées au niveau fédéral en matière de politique d’asile et de migration, ayant impliqué ces dernières années une diminution des demandeurs d’asile et des étrangers non-inscrits au registre de la population pouvant prétendre à l’aide financière.

Enfin, le nombre de personnes âgées (65 ans et plus) percevant une Garantie de revenu aux personnes âgées (GRAPA) a légèrement diminué (-2,5 %).

Pour conclure, les indicateurs de pauvreté indiquent qu’un nombre toujours élevé de Bruxellois vivent dans une situation difficile. En outre, un nombre croissant de personnes n’ont, pour de multiples raisons, plus accès à la sécurité sociale ou à l’aide sociale. Il importe de rendre visible et de suivre la situation socioéconomique de tous les Bruxellois, y compris des personnes éloignées de toutes formes de protection sociale. Dans un cadre de croissance démographique et de défédéralisation d’une série de compétences, la Région est confrontée à d’importants défis en termes de logement, d’emploi, d’enseignement, de santé et d’aide aux personnes, comme en témoignent les indicateurs présentés dans le baromètre.

Marion Englert, Sarah Luyten, Déogratias Mazina, Melody Yannart, Sarah Missine, Baromètre social, rapport bruxellois sur l’état de pauvreté 2016, Observatoire de la Santé et du Social de Bruxelles-Capitale, 68 pages.

Vous pouvez aussi commander gratuitement un exemplaire imprimé en envoyant un courriel à observat@ggc.irisnet.be.

 

×
×