Un mensuel au service
des intervenants francophones
en promotion de la santé

Numéro 355

La santé tout court, KESAKO ?


La santé tout Court est un outil original qui permet d’aborder la santé par le biais de l’image et des émotions.La Santé tout court est une pochette comprenant une compilation (DVD) de 11 courts-métrages d’animation sur la santé accompagnée d’un livret pédagogique. Editée par le Service éducatif (Santé) de PointCulture avec le soutien de l’AVIQ, cet outil est destiné aux enseignants ainsi qu’aux professionnels de la santé, aux animateurs et aux éducateurs. La pochette est gratuite sur demande dans tous les PointCulture.

 

Un « Health Focus » au Festival Anima 2019

Le 4 mars dernier, en guise d’avant-goût, le public d’Anima, festival international du film d’animation à Bruxelles, a pu découvrir les 5 films suivants :

  • Une tête disparaît, Franck Dion, CA & FR, 2016, 9’
  • Le labyrinthe, Mathieu Labaye, BE, 2013, 09’20’’
  • Simbiosis Carnal, Rocio Alavrez, BE, 2017, 10’08’’
  • Pépé, le Morse, Lucrèce Andreae, FR, 2017, 14’54’’          
  • Hybrids, Florian Brauch, Matthieu Pujol, Kim Tailhades, Yohan Thireau, Romain Thirion, FR, 2017, 06’22’’

Après la projection, autour d’un lunch, les discussions allaient bon train : « Simbiosis Carnal, je voie très bien comment l’utiliser pour l’EVRAS. En plus d’être très beau graphiquement, il offre des angles d’approche variés : historique, multiculturel, féminin-masculin, etc… »

« Touchant et juste, Une tête disparaît traite les deux points de vue, celui de la personne atteinte de la maladie d’Alzheimer et de l’aidant proche »

« J’ai bien ri en regardant « Pépé, le morse » ! Pourtant, ça parle de la mort, du deuil. Le langage est « cash » mais il montre bien la difficulté de montrer/accepter ses émotions suite à la disparition d’un proche. »

Le court-métrage d’animation, un outil pour la santé ?

Comme le fait remarquer M. Avénia, responsable « fictions » chez PointCulture : « Souvent lorsque l’on parle de cinéma d’animation, la confusion est faite avec les dessins animés bien connus des moins jeunes (ou des plus anciens). Mais le cinéma d’animation ne se limite pas à « animer des dessins »[i]. Depuis de nombreuses années d’ailleurs les créateurs valorisent de plus en plus, différentes techniques d’animation qui, en plus d’affirmer leur style, apportent aux films variété et singularité. »[1]

Grâce sa courte durée (max. 15’), le court-métrage convient parfaitement pour introduire un sujet plus complexe. Et il le fait avec subtilité et poésie tant le champ des possibles est presque infini. Il peut servir comme déclencheurs de discussions, de prise de conscience ou d’expérimentations.

Le livret pédagogique

Celui-ci propose des pistes d’activités et d’exploitation avec un public partir de l’âge de treize ans. Il s’adresse tant à des enseignants qu’à des professionnels de la santé, des animateurs et des éducateurs. Il peut convenir également pour un groupe d’adultes (alphabétisation, réinsertion socioprofessionnelle, sel help, etc.) qui souhaiteraient réfléchir sur ses thématiques.

Chaque film a une fiche qui se compose de façon identique : une fiche technique ; les mots-clés ; le public cible ; un résumé ; des infos sur le.la réalisateur.trice ; une analyse du film ; des pistes d’animations et des ressources utiles.

Le livret propose également deux articles sur les techniques d’animations utilisées et sur la littératie en santé.

 

Pour toutes infos : Christel Depierreux, Chargée de projets Santé

christel.depierreux@pointculture.be – 02 737 19 29

www.pointculture.be


[1] Extrait de l’article repris dans le livret : « A la découverte des techniques d’animation »

 

 

×
×