Un mensuel au service
des intervenants francophones
en promotion de la santé

Numéro 326

‘Manger malin c’est dans la poche’


Les villes et communes belges misent sur une alimentation équilibrée, savoureuse et à petit prix

Comment bien manger pour moins d’argent? Voici la question à laquelle l’asbl Viasano essaie de répondre avec sa dernière campagne. Ceux qui font attention à leurs dépenses croient souvent qu’il est impossible de manger équilibré avec un budget réduit.

On constate également une plus forte prévalence du surpoids et de l’obésité chez les personnes fragilisées1. Avec des actions concrètes et une campagne de sensibilisation, l’asbl Viasano montre qu’il est possible de mettre un menu équilibré sur la table pour 5€ par jour et par personne.

La campagne ‘Manger malin, c’est dans la poche’ est mise à disposition des villes et communes du réseau Viasano depuis juin 2016.

Un budget en déséquilibre

Le Belge dépense en moyenne 13,1% de son revenu pour l’alimentation (et les boissons non-alcoolisées), soit presque 2.000€ par an2. L’alimentation est le deuxième poste dans les dépenses des familles, après le logement.

Le budget alimentaire reflète nos habitudes de consommation: la part du lion est dédiée à la viande, la volaille et la charcuterie (22%), tandis que les fruits et légumes ne comptent que pour 15%. Or, nous consommons trop de viande et pas assez de fruits et légumes.

Bien manger pour 5€ par jour

La campagne Viasano tourne autour de 3 messages forts pour manger malin: bien choisir ses aliments, cuisiner soi-même et s’organiser (faire le menu de la semaine et la liste des courses).

Pour mettre en pratique ces conseils Viasano a réalisé divers outils:

  • des recettes savoureuses et équilibrées autour d’aliments bon marché et de bonne qualité nutritionnelle, tels que le poulet, les légumineuses, les œufs, etc.
  • un tableau sur les meilleures sources de protéines d’un point de vue nutrition et prix.
  • un set de table présentant un menu équilibré et bon marché pour une famille de 4 personnes (2 adultes et 2 enfants) avec sa liste de courses.
  • une affiche et une brochure qui fourmillent de conseils et d’astuces pratiques.

L’objectif est maintenant que les chefs de projet Viasano dans les villes et communes mettent en pratique ces messages et ces outils, en collaboration avec des acteurs locaux tels que les CPAS, les banques alimentaires, les organisations de seniors, les mouvements de jeunesse, etc.

L’actualité du programme

Le programme Viasano a changé de statut. En décembre 2015, l’asbl Viasano a été créée. Cette structure dont les villes, communes et partenaires deviennent membres, ouvre de nouvelles perspectives au niveau du financement et des collaborations. La Wallonie vient d’apporter son soutien moral au programme et en est devenue partenaire aux côtés de la Région flamande.

Pour plus d’information: www.viasano.be

À propos du programme Viasano

Viasano est un programme de prévention de l’obésité qui aide les familles à changer de manière durable leur style de vie grâce à la mobilisation des acteurs locaux dans les villes et communes. Le programme se base sur des recommandations scientifiques officielles et encourage une alimentation équilibrée et conviviale ainsi qu’une activité physique quotidienne. Chaque année, une campagne sur

ces thèmes est proposée aux villes partenaires.

Dans les villes et communes Viasano, le bourgmestre et le collège s’engagent à agir sur l’environnement des familles afin de faciliter les choix sains. Un chef de projet est désigné pour mettre en place le programme sur le terrain. Le chef de projet local est accompagné par la coordination nationale. Un comité d’experts indépendant et pluridisciplinaire valide la stratégie du programme et ses outils. Viasano s’appuie pour son fonctionnement sur un partenariat public-privé, défini par une charte.

  1. Un des déterminants du surpoids et de l’obésité est le niveau d’instruction. Les personnes faiblement diplômées sont davantage exposées que les autres. Parmi la population moins instruite, deux adultes sur trois (64%) sont en surpoids et 1 sur 4 (25%) souffre d’obésité. De même, les jeunes issus des ménages moins éduqués ont des taux plus élevés de surpoids (38% vs 12% des jeunes provenant d’un ménage ayant suivi un enseignement supérieur) et d’obésité (22% vs 3%).

    Drieskens, S. État nutritionnel. Dans: Gisle L, Demarest S (éd.). Enquête de santé 2013. Rapport 2: Comportements de santé et style de vie. WIV-ISP, Bruxelles, 2014.

  2. SPF Économie. Enquête sur le budget des ménages 2014, http://statbel.fgov.be/fr/statistiques/collecte_donnees/enquetes/budget_des_menages/ (page en français, consultée en ligne le 01/08/2016).

×
×