Un mensuel au service
des intervenants francophones
en promotion de la santé

Numéro 325

La Fédération wallonne de promotion de la santé, enfin!


Le 19 mai dernier, la Fédération wallonne de promotion de la santé (FWPS) a vu le jour. Nous avons posé quelques questions à sa présidente et à son vice-président fraîchement élus, Chantal Leva et Yves Gosselain. Par convention, nous indiquons leurs réponses par FWPS.

Éducation Santé: Pourquoi une fédération et pourquoi en 2016?

FWPS: Effectivement, ce n’est pas la première fois que des associations du secteur de la promotion santé se réunissent et envisagent de créer quelque chose qui les rassemble dans la durée. Il n’existait jusqu’à présent1 pas de structure dans laquelle ces associations pouvaient se retrouver et agir de concert en faveur de la promotion de la santé.

Le contexte institutionnel et politique récent explique certainement pourquoi cette année ce projet a enfin pu se concrétiser sous la forme d’une fédération. La réponse à cette question demande donc un bref rappel historique!

La Communauté française adoptait, en 1997, une position novatrice en Europe en mettant en place un cadre légal pour développer une politique de promotion de la santé. Depuis lors, les nombreux acteurs de terrain ont été invités à développer des programmes basés sur les besoins de la population en bénéficiant d’une procédure de financement et d’accompagnement.

Dans le cadre de la 6e réforme de l’État, le 19 septembre 2013, les 4 partis francophones ont adopté un projet commun d’organisation des nouvelles compétences en matière de santé, d’aide aux personnes et d’allocations familiales.

Cet accord dit ‘de la Sainte Émilie’ propose un transfert particulier des compétences ‘santé’ (promotion de la santé en fait) de la Fédération Wallonie-Bruxelles vers les Régions2.

Ce contexte a conduit à un certain nombre de questions et d’incertitudes quant à leur avenir pour l’ensemble des organismes concernés par ces financements. En Wallonie, afin de prendre le temps d’élaborer sa nouvelle politique en la matière, le Ministre a finalement instauré plusieurs années de statu quo qui garantissent une continuité des financements et donc des programmes en cours.

ES: Et à quel moment les acteurs ont-ils commencé à se rassembler?

FWPS: Plusieurs mois avant les dernières élections fédérales, l’ensemble des acteurs se sont constitués en Plateforme tant du côté wallon que du côté bruxellois, afin de rassembler leurs efforts et de faire entendre leurs points de vue auprès des ‘politiques’.

En d’autres mots, l’idée était de construire ensemble une dynamique de réflexion pour comprendre les enjeux des politiques futures, s’y préparer le mieux possible et y valoriser la promotion de la santé.

La Plateforme wallonne du secteur de la promotion de la santé a été créée le 3 février 2014. Elle regroupait les 57 organismes ayant reçu un subside l’année précédente de la Fédération Wallonie-Bruxelles pour développer des services et des programmes de promotion de la santé sur le territoire wallon3.

Même si cette plateforme a préfiguré l’actuelle fédération, cette institutionnalisation ne figurait pas parmi ses objectifs de départ qui étaient plus spécifiquement:

  • d’échanger des informations sur le transfert des compétences santé dans le cadre de la régionalisation;
  • d’être une interface avec l’Administration wallonne et le monde politique afin de co-construire l’implantation de la promotion de la santé en Région wallonne;
  • de faire inscrire la promotion de la santé dans les axes prioritaires des politiques sociales et de santé en Région wallonne;
  • de valoriser le travail mené par ces organismes de promotion de la santé auprès des décideurs politiques et administratifs;
  • de poursuivre une concertation avec la Plateforme bruxelloise de promotion de la santé en vue d’assurer une cohérence des politiques sociales et de santé au sein des deux entités fédérées.

Dans le même temps, une plateforme similaire voyait le jour à Bruxelles. Avec d’ailleurs une série d’acteurs communs aux deux plateformes: toutes les associations qui travaillent sur l’ensemble de la Communauté française, tant en Wallonie qu’à Bruxelles. Elles sont plusieurs dizaines.

Très vite, les deux plateformes ont veillé à se concerter, puis à unir leurs forces de travail. Ainsi deux groupes de travail communs ont vu rapidement le jour, l’un pour mener un travail auprès des représentants politiques, l’autre pour envisager l’une ou l’autre forme de pérennisation, à moyen terme…

Une des réussites de cette période d’existence de la Plateforme, c’est d’avoir pu travailler pendant plus de deux ans, avec des réunions très régulières et une participation active de nombreux membres. Une autre réussite, c’est d’être parvenu à produire des documents à la fois forts et porteurs tout en étant synthétiques et résultant d’un travail collectif exigeant. Une belle gageure pour notre secteur.

Ainsi, les trois principaux documents produits (un mémorandum, des recommandations et une ‘photographie’ du secteur) sont le résultat d’un consensus de tous ses membres. C’est au départ d’une démarche participative et volontaire que ceux-ci ont souhaité rendre plus lisible leur secteur dans le cadre de la construction de la nouvelle politique de santé en Région wallonne.

Ces documents sont le reflet d’une dynamique et d’une réflexion permanente sur les pratiques. Ils ne prétendent pas mettre en avant les spécificités de chaque opérateur au niveau local et/ou régional mais ils donnent une vision globale de la promotion de la santé. Ils mettent également en lumière les valeurs fondamentales des Droits de l’homme défendues par les opérateurs telles que le respect, l’équité, la liberté de choix, la lutte contre la discrimination et les inégalités sociales…

Ils montrent la transversalité et la grande diversité des méthodes utilisées, des publics touchés et des thématiques abordées, ainsi que la capacité des professionnels à s’adapter aux besoins qu’ils ont identifiés sur le territoire wallon.

On peut imaginer que ces documents pourraient être une première pierre pour la construction des priorités politiques de promotion de la santé en Wallonie!

Les membres de la Plateforme ont rapidement souhaité créer une fédération, notamment pour pouvoir être représentés officiellement au sein de l’AViQ (Agence pour une Vie de Qualité), qui venait d’être mise en place et d’y proposer leur expertise collective.

ES: Quels sont les objectifs de votre association?

FWPS: Elle a pour but de valoriser la promotion de la santé notamment au sein des politiques actuelles et futures.

Nous avons souhaité que le mémorandum de juin 2014 de notre (ancienne) Plateforme reste un texte fondateur pour la Fédération. C’est ainsi que l’objet social de cette dernière découle de ce mémorandum:

  • faire connaître, reconnaître et défendre l’existence structurelle et financière des membres dans leurs missions de promotion de la santé;
  • assurer la représentation du secteur de la promotion de la santé dans les organes de concertation et de décision, qu'ils soient institutionnalisés ou non;
  • soutenir un plaidoyer, c’est-à-dire partager une vision commune de la promotion de la santé et lui donner de la visibilité; défendre et promouvoir la promotion de la santé auprès des hommes et femmes politiques, des médias et d'autres secteurs d'activités;
  • valoriser les activités des membres en matière de promotion de la santé;
  • renforcer les pratiques communes en s’appuyant sur l’expertise des membres;
  • rassembler et fédérer les membres, favoriser la cohérence et la cohésion tant en interne qu’avec des associations similaires aux niveaux régional, communautaire, fédéral et international.

ES: Qui sont les membres fondateurs de la fédération?

FWPS: C’est une large palette d’associations du secteur qui ont signé l’acte constitutif. Cela témoigne d’une belle diversité et de la volonté de porter collectivement cette nouvelle institution qui nous rassemble. Au total, il y a 45 membres fondateurs:

  • PointCulture asbl, «Collection Éducation pour la santé», représentée par Depierreux Christel, chargée de projets;
  • l'asbl Centre local de promotion de la santé de Charleroi-Thuin, représentée par le Docteur Jean-Pierre Rochez, président;
  • l’asbl Centre local de promotion de la santé du Luxembourg, représentée par Lydia Polomé, coordinatrice;
  • Service de santé mentale de Verviers - Service de Prévention A.V.A.T. (Aide Verviétoise aux Alcooliques et Toxicomanes), représenté par Morgane Steffen, psychologue;
  • Modus Vivendi asbl, représenté par Cécile Béduwé, coordinatrice;
  • l'asbl Espace P..., représentée par Cécile Cheront, coordinatrice;
  • Univers santé Wallonie asbl, représentée par Martin de Duve, directeur;
  • Service de santé mentale ALFA, représenté par Catherine Dungelhoeff, directrice administrative, coordinatrice et administratrice;
  • l’asbl Centre local de promotion de la santé Huy-Waremme, représentée par Sabine Dewilde, coordinatrice;
  • le Centre liégeois de promotion de la santé asbl, représenté par Chantal Leva, directrice;
  • le Centre verviétois de promotion de la santé asbl, représenté par Robert Botterman, président;
  • la Plate-Forme Prévention Sida asbl, représentée par Thierry Martin, directeur;
  • Question Santé asbl, représentée par Bernadette Taeymans, directrice
  • Eurotox asbl, représenté par Lucia Casero, coordinatrice;
  • Nadja asbl, représentée par Dominique Humblet, directrice
  • la Ligue des Usagers des Services de Santé, LUSS asbl, représentée par Virginie Lambert, chargée de projets;
  • Sida Sol asbl, représentée par Joëlle Defourny, directrice;
  • la Fédération laïque des centres de planning familial asbl, représentée par Christophe Moeremans, chargé de formation et promotion de la santé;
  • l’asbl Santé Communauté Participation (SACOPAR), représentée par Jacques Morel, administrateur;
  • Éduca Santé asbl, représentée par Martine Bantuelle, administratrice déléguée;
  • Cultures & Santé asbl, représentée par Denis Mannaerts, directeur;
  • Promo Santé et Médecine générale asbl, représentée par Valérie Hubens, coordinatrice;
  • Centre Communautaire de Référence pour le dépistage des cancers asbl (CCR), représenté par Michel Candeur, coordinateur;
  • Centre local de promotion de la santé en province de Namur, asbl, représenté par Benoît Dadoumont;
  • Fédération des maisons médicales et collectifs de santé francophones asbl, représentée par Yves Gosselain, responsable de service;
  • Prospective Jeunesse asbl, représentée par Julien Nève, directeur;
  • Université de Liège, établissement public, représentée par Albert Corhay, recteur;
  • Alliance nationale des mutualités chrétiennes - revue Éducation Santé, Mutualité, représentée par Christian De Bock, rédacteur en chef;
  • l’asbl Comme chez nous, représentée par Emmanuel Condé, Responsable du Service de recherche-action en promotion de la santé;
  • Centre local de promotion de la santé du Hainaut Occidental asbl, représenté par Jean-Pierre Demoulin, président;
  • Fonds des affections respiratoires asbl, représenté par Caroline Rasson, attachée principale au Service prévention tabac;
  • Centre local de promotion de la santé des Arrondissements de Mons et de Soignies asbl, représenté par Michel Demarteau, président;
  • Centre local de promotion de la santé du Brabant wallon, asbl, représenté par Maryline Nicolet, directrice;
  • Union nationale des mutualités socialistes Solidaris, Mutualité, représentée par Jean Pascal Labille, secrétaire général;
  • Coordination Éducation & Santé asbl (Cordes asbl), représentée par Cristine Deliens, coordinatrice;
  • Icar Wallonie asbl, représentée par Luc Schuurwegen, conseiller RH;
  • Association de recherche-action en faveur des personnes handicapées ARAPH asbl, représentée par Michel Mercier, président;
  • Service universitaire de promotion de la santé de l’UCL/IRSS, université, représenté par William d'Hoore, Professeur et directeur du service;
  • Infor Drogues asbl, représentée Maud Devroey, directrice;
  • Citadelle asbl, représentée par Julie Faucon, chargée de projets;
  • Sida IST Charleroi, asbl, représenté par Jean-Claude Legrand, président;
  • Ex Aequo asbl, représentée par Arnaud Rusch, délégué à la gestion journalière;
  • Repères asbl, représentée par Benoit Dadoumont, président;
  • Service éducation pour la santé promotion de la santé en milieu carcéral asbl, représenté par Michèle Quinet Le Docte, présidente;
  • De Bouche à Oreille, secteur Li Cramignon, représentée par Christel Haulet, chargée de projets.

Trois organismes, qui n’ont pas pu - pour des raisons administratives - être membres fondateurs sont devenus membres effectifs en date du 16 juin :

  • l’Observatoire du Sida et des Sexualités, représenté par Myriam Dieleman;
  • Siréas Sid’Aids Migrants, représenté par Maureen Louhenapessy;
  • Service de prévention des assuétudes en milieu scolaire de la Ville de Mons, représenté par Mélody Marriquez.

ES: Si je suis une association active en promotion de la santé sur le territoire wallon et que cet article d’Éducation Santé m’en apprend la création, comment puis-je devenir membre?

FWPS: La Fédération est disposée à accueillir de nouveaux membres, c’est prévu dans ses statuts.

Les personnes morales qui souhaitent y adhérer doivent introduire une demande écrite et motivée à la Présidente du Conseil d’administration, accompagnée de leur rapport d’activité et de leurs statuts.

Deux membres du Conseil d’administration rencontrent alors le candidat et font rapport à la prochaine réunion de l’Assemblée générale qui statuera.

Le candidat membre peut être amené à présenter sa candidature lors de cette Assemblée générale.

ES: Les statuts de l’association insistent à plusieurs endroits sur l’importance d’une concertation avec une future Fédération bruxelloise. Pourquoi ne pas avoir plus simplement constitué une seule fédération active sur les deux territoires? Après tout, un nombre important d’équipes et projets subventionnés en promotion de la santé exercent leurs activités tant en Wallonie qu’à Bruxelles…

FWPS: Plusieurs scenarii ont été envisagés pour structurer les deux entités. Deux organisations séparées? Une seule asbl? Deux entités distinctes mais reliées entre elles? Ces questions ont été longuement débattues lors des réunions des deux plateformes et finalement au sein d’une réunion conjointe. Elles ont rapidement fait l’objet d’un sondage et des arguments pour chaque scenario ont été compilés. En bout de course un vote a tranché la question en faveur de deux entités distinctes.

Les arguments balançaient d’un côté pour renforcer la cohésion et la force d’action de tout le secteur sur un territoire (Wallonie + Bruxelles) somme toute assez petit; et d’un autre côté des arguments pour faciliter la prise en compte d’enjeux régionaux.

Lors de la rédaction des statuts, nous avons essayé de trouver une formule qui équilibre ce double enjeu ‘cohésion – réalités régionales’ dans une structure à la fois participative et efficace.

Aujourd’hui la Fédération bruxelloise n’existe pas encore, mais ça ne saurait tarder… Et nos statuts prévoient effectivement déjà des liens étroits et de la concertation avec elle.

ES: Une dernière question, quels vont être vos chantiers prioritaires d’ici la fin de l’année?

FWPS: Créer cette nouvelle institution avec des processus participatifs a demandé beaucoup de temps et d’énergie. Maintenant qu’elle existe, nous pouvons effectivement mettre notre élan au service de nos objectifs, qui sont ambitieux. À commencer par faire (re)connaître notre asbl.

Nous souhaitons organiser une journée d'étude pour mettre en valeur le secteur de promotion de la santé en Wallonie en saisissant si possible l'opportunité des 30 ans de la Charte d'Ottawa en décembre 2016.

Côté politique, nous voulons faire connaître notre fédération auprès de la Commission santé du Parlement wallon. Une délégation de la FWPS a déjà rencontré la Présidente de cette Commission, Madame Joëlle Kapompolé, le 1er juillet 2016.

Nous souhaitons aussi intensifier le travail du groupe ‘politique’: rencontre avec la cheffe de Cabinet du Ministre, Madame Anne Boucquiau le 9 septembre et avec l’Administratrice générale de l’AViQ, Madame Alice Baudine prochainement.

Et enfin, nous mettons la dernière main à notre règlement d’ordre intérieur: assurer un fonctionnement sain pour garantir un avenir durable.

Fédération wallonne de promotion de la santé, c/o CLPS Namur, Bd Cauchy 16-18 (appt C03 rez), 5000 Namur. Courriel: info.fwps@gmail.com.

  1. Propos recueillis le 8 août 2016.

  2. La régionalisation du secteur de la promotion de la santé (hors services de promotion de la santé à l’école) est effective depuis le 1er juillet 2014.

  3. Ou plus largement sur l’ensemble de la Communauté française pour certains d’entre eux.

×
×