Juillet 2013 Par N. MAHIEU Documentation

Manger sainement et pratiquer une activité physique régulière constituent deux facteurs essentiels pour favoriser et conserver une bonne santé. En effet, des maladies chroniques telles que les maladies cardiovasculaires, le diabète et le cancer sont étroitement liées au mode de vie, l’obésité, le régime alimentaire et l’activité physique jouant un rôle déterminant dans leur développement.

L’impact considérable de l’obésité, d’une mauvaise alimentation et du manque d’activité physique sur la santé explique pourquoi ces problématiques sont devenues des préoccupations majeures de santé publique. En Belgique, la promotion d’une alimentation saine et de l’activité physique a été mise à l’agenda politique ces dernières années. La multiplication des initiatives comme le volet du Plan communautaire opérationnel consacré à la prévention des maladies cardiovasculaires (1), le Plan de promotion des attitudes saines (2), le Plan national nutrition santé belge et le lancement du volet belge de l’étude Nutrinet (3) témoignent de l’importance et de la nécessité des démarches de promotion de santé dans ces matières.

Cette brève bibliographie concerne la promotion de l’alimentation et de l’activité physique au sein de différents milieux de vie. La recherche a été menée dans la base de données bibliographiques DOCTES avec les mots-clés ‘promotion de la santé’, ‘alimentation’ et ‘activité physique’.

Au total, 2914 notices évoquent l’une des deux thématiques. La date du document, son accessibilité et sa pertinence ont conditionné le choix des articles retenus. Cinq documents sont ici développés.

Bibliographie commentée

– COPPIETERS Y., BEDUWE C., COLLIGNON J-L., HUBENS V., LEVEQUE A (2009), Proposition de plan de promotion de la santé cardiovasculaire en Communauté Française, CAP Cœur, Bruxelles, vol. I 61 p., vol. II, 109 p.

Les pathologies cardiovasculaires sont la première cause de mortalité en Belgique et les facteurs de risque associés sont fréquemment liés au mode d’alimentation ainsi qu’au manque d’activité physique. Dans ce contexte, elles sont devenues une des priorités du Programme quinquennal de promotion de la santé de la Communauté française. Un plan de promotion de la santé cardiovasculaire a été élaboré au travers d’une approche participative et de concertation de différents acteurs. Des stratégies et des recommandations sont formulées selon les différents milieux de vie étudiés.

– DOUMONT D., HOYOIS C., TAEYMANS B. (2012), Quelle place pour la promotion de la santé en milieu professionnel ? Série de dossiers techniques, Réf. 12-66, 41 p., disponible au RESOdoc ou sur http://www.uclouvain.be/425952.html.

Ce document consacre une revue de littérature à la présentation d’expériences et activités de promotion de la santé en milieu professionnel dans différents pays (Belgique, Pays-Bas, Allemagne, États-Unis, etc.). Il interroge le concept de promotion de la santé et les initiatives mises en place dans ce domaine. Des recommandations communes sont développées et soulignent l’importance d’informer et de sensibiliser les employeurs et les employés sur la nécessité d’intégrer des démarches de promotion de la santé afin d’améliorer le bien-être des travailleurs.

– ANTONNELI C. (2009), ‘Manger sain, bouger malin’: un programme d’éducation pour la santé dans une perspective de promotion de la santé pour les enfants et les adolescents en surpoids ou souffrant d’obésité. Évaluation du projet et de l’installation du programme, Mémoire non publié, Université Catholique de Louvain, École de Santé Publique orientation Éducation pour la santé-Éducation du Patient, 71 p.

Le CHR de la Citadelle de Liège organise depuis 2007 des consultations en éducation à la santé destinées à des enfants et à des adolescents souffrant de surcharge pondérale ou d’obésité. Ces consultations nommées ‘Manger sain, bouger malin’ sont fondées sur une approche pluridisciplinaire. L’auteur de cette recherche fournit une analyse descriptive et évaluative de ce projet éducatif. Il rappelle dans cette étude la nécessité de coordination d’actions de plusieurs secteurs afin d’assurer les changements et le maintien des comportements favorables à l’adoption d’une alimentation saine et de la pratique régulière d’une activité physique.

– MOREAU N., DE SMET P., GODIN I. (Partie I); FAVRESSE D., DE SMET P., GODIN I. (Partie II) (2013), La santé des élèves de l’enseignement secondaire. Résultats de l’enquête HBSC 2010 en Fédération Wallonie-Bruxelles, Service d’information Promotion Éducation Santé (SIPES), ESP-ULB, 104 p.

Cette enquête a pour objectif de collecter des données utiles auprès des élèves de la 5e primaire à la 6e secondaire (comportements de santé, déterminants psychosociaux de ces conduites, indicateurs relatifs aux caractéristiques sociodémographiques, familiales, etc.) en vue de faciliter la mise en place de politiques et d’actions de prévention et de promotion de la santé auprès de ce public. Une partie de cette enquête est consacrée aux problématiques de l’alimentation, de l’activité physique et de la sédentarité, de la surcharge pondérale, de l’image du corps et des produits de régime amincissants chez les adolescents (4).

– ROYER C. (2013), Et si manger redevenait un plaisir?, Éd. Royer Cécile, 114 p.

Nous ne voudrions pas clôturer cette bibliographie commentée sans évoquer notre coup de coeur concernant cet ouvrage. En effet, cette auteure, diététicienne nutritionniste, nous livre un certain nombre de réflexions issues de sa pratique professionnelle; elles concernent essentiellement les facteurs qui influencent notre équilibre alimentaire (éducation alimentaire, rapport avec son poids, contexte des repas, facteurs génétiques, motivation, sentiment de culpabilité, régime draconien, etc.). Les nombreuses pistes qu’elle propose devraient nous permettre à tout le moins une réconciliation avec le ‘bien manger’ et nous (ré)apprendre les plaisirs de la table! (5)

(1) Voir l’article de Cécile Béduwé, ‘Plan opérationnel communautaire opérationnel en santé cardiovasculaire. Un processus participatif en unités de concertation’, Éducation Santé n° 237, septembre 2008, et celui de Colette Barbier ‘Enfin un programme pour la santé du cœur ?’, Éducation Santé n° 256, mai 2010. Ce remarquable travail préparatoire est malheureusement resté lettre morte à ce jour (ndlr).
(2) Voir dans ce numéro l’article de Fadila Laanan ‘La Fédération Wallonie-Bruxelles et les attitudes saines.
(3) Voir dans ce numéro l’article de Christian De Bock ‘Lancement du volet belge de l’étude NutriNet-Santé’.
(4) Éducation Santé y reviendra prochainement.
(5) Pour se procurer l’ouvrage: http://www.cecileroyer.be