Un mensuel au service
des intervenants francophones
en promotion de la santé

Numéro 333

À l’école du bien-être : éduquer pour vivre ensemble


Isy Pelc, psychiatre et auteur de L’ami psy, a été chef du Service de psychiatrie et de psychologie médicale du Centre hospitalier universitaire Brugmann. Il est également l’ancien directeur du laboratoire de Psychologie médicale de l’ULB, professeur émérite et doyen de la faculté de médecine de l’ULB 3. À travers son livre « À l’école du bien-être : éduquer pour vivre ensemble », il aborde le bien-être de manière globale pour ensuite se centrer sur le bien-être des jeunes en contexte scolaire. Nous découvrons alors une expérience menée dans un lycée bruxellois, qui est également l’objet d’une recherche-action, visant à améliorer le bien-être des élèves…

Qu’est-ce que le bien-être ?

L’auteur commence par partager sa propre définition du bien-être : « Le Bien-être est cette capacité que présente chaque personne à se sentir bien, à se débrouiller dans la vie, avec soi-même, avec les autres, quand tout va bien, quand cela va moins bien et aussi lorsqu’on rencontre des difficultés existentielles inéluctables. » 2

La première partie du livre approfondit cette définition et contextualise la notion de bien-être à travers différents domaines, que ce soit la médecine, la psychologie, la philosophie, la biologie, l’histoire, et d’autres encore. De cette manière, elle nous permet d’envisager le bien-être de manière pluridisciplinaire, et d’enrichir notre façon de l’appréhender. En effet, l’état de bien-être d’un individu dépend de nombreux facteurs, aussi bien internes qu’externes. Il se construit tout au long de la vie, et est influencé par des facteurs provenant de l’enfance, du parcours de vie, du capital génétique, des valeurs et de l’éducation, il dépend de l’environnement et de l’entourage, ainsi que de la société.

Avant de traiter la question du bien-être, il importe donc d’en connaître les sources et de comprendre comment celui-ci se construit. La première partie du livre permet de questionner notre conception du bien-être en tant que lecteur, et d’en ouvrir les horizons pour mieux envisager la seconde partie de l’ouvrage.

Pourquoi une pédagogie du bien-être ?

Comme il l’explique dans la deuxième partie du livre, l’implantation d’une pédagogie favorable au bien-être dans le milieu scolaire peut contribuer à « l’épanouissement général du jeune »1 , et pourrait également atténuer certaines difficultés rencontrées par les enseignants et/ou les parents avec certains jeunes.

Après une brève explication de la structure et des missions de l’enseignement en Belgique, Isy Pelc aborde des pistes de réponses aux questions que pourraient se poser tant les enseignants que les parents concernant le bien-être des élèves à l’école. En effet, face aux jeunes en perdition, au civisme qui ne s’apprend plus dans certaines familles, aux enseignants désemparés et aux exigences auxquelles le monde scolaire est exposé, il est important que l’école puisse rendre de l’importance au développement personnel des élèves, à la créativité, à la construction de soi, au partage, à l’insertion sociale et à la communication.

Les ateliers du bien-être…

La pédagogie du bien-être élaborée par Isy Pelc est abordée dans la seconde partie du livre à travers une expérience menée dans un lycée bruxellois. C’est l’équipe éducative qui a, sur base volontaire, organisé des ateliers du bien-être à destination des élèves.

Cette deuxième partie permet de découvrir le contenu et l’organisation de ces ateliers, et de prendre connaissance des réflexions et constats qui ont amené l’équipe éducative à la méthodologie mise en œuvre. Le parcours du professeur Isy Pelc ainsi que ses multiples expériences professionnelles viennent régulièrement illustrer les choix méthodologiques et les directions prises pour construire cette pédagogie. Le dispositif de formation et les thématiques proposées aux enseignants pour préparer les ateliers sont également au centre de cette seconde partie. Cela nous permet de comprendre comment les thèmes abordés ont été sélectionnés et travaillés avec les différents professionnels, et souligne l’importance d’outiller les équipes éducatives qui prendraient part à ce type d’activités. Nous y retrouvons ensuite des exemples de séances d’animation pour les élèves, des pistes de réflexions intéressantes à aborder dans ce genre d’activités, des témoignages de différents acteurs…

Avis général

Dans l’ensemble, cet ouvrage présente de nombreuses pistes d’actions et de réflexions riches et intéressantes, mais il n’est pas à lui seul suffisamment complet pour les acteurs de terrain qui désireraient mettre en place ce genre d’activités dans leur établissement scolaire.

Il permet de mieux comprendre la complexité des facteurs liés à l’état de bien-être des élèves, mais ne constitue pas en soi un outil absolu qui va permettre d’améliorer celui-ci. Il permet d’ouvrir les horizons, de connaître des exemples de thématiques à développer, des pratiques et activités pour améliorer le climat scolaire et favoriser le bien-être. Comme le souligne l’ouvrage, ces activités doivent être réfléchies, portées par des professionnels volontaires et outillés, inscrites dans un projet d’établissement et envisagées sur la durée.

Cette lecture est sans doute un bon commencement pour entamer des réflexions sur l’amélioration du bien-être des enfants, tout en prenant conscience du cadre nécessaire aux activités.

« À l’école du bien-être : éduquer pour vivre ensemble » est disponible en librairie, auprès de Psymédic ou sur www.marquebelge.com au prix de 18€.

  1. Pelc, I. (2016). Op. Cit., p.16

  2. Pelc, I. (2016). À l’école du bien-être: éduquer pour vivre ensemble. Belgique, Marque Belge; p.27

  3. http://www.ulb.ac.be/medecine/psymed/pres/presip.html

×
×