Un mensuel au service
des intervenants francophones
en promotion de la santé

Numéro 365

L’utilisation des médias sociaux pour intervenir en promotion de la santé


Une synthèse du RESO avec l’éclairage de Question Santé

Cela fait maintenant plus d’une quinzaine d’années que les médias sociaux se développent à vitesse grand V. Les réseaux sociaux en font évidemment partie, aux côtés des blogs, des forums ou encore des plateformes de partage de vidéos. Leurs formes sont nombreuses, en constante évolution et ils sont plus que jamais présents dans le quotidien d’une large majorité de la population. Rester en contact avec ses proches, partager des photos, des événements, se divertir, mais aussi s’informer font partie des utilisations communes de ce type de médias. Les Belges y consacreraient en moyenne 1h30 par jour1.

Devant cet engouement qui ne faiblit pas, les médias sociaux sont devenus un outil de communication presque incontournable pour les intervenants en promotion de la santé, qui ont bien compris l'intérêt de leur utilisation pour interagir avec la population. Selon nos observations, près de 70% des organisations affiliées aux fédérations belges francophones de promotion de la santé sont présents au moins sur Facebook, les institutions publiques en charge de la promotion de la santé en Belgique francophone ne sont pas en reste.

Mais au-delà de leur fonction de canal de communication, les médias sociaux peuvent aussi être des outils à part entière pour promouvoir la santé et ainsi assumer une place de composante d’intervention. Partout dans le monde, de nombreux professionnels ont sauté le pas et des études mettent désormais en lumière les enjeux de l’utilisation des médias sociaux comme tel.

Au travers d’une synthèse, le RESO a souhaité lever le voile sur les connaissances disponibles dans la littérature scientifique à ce sujet. Une vingtaine de revues de littérature ont ainsi été sélectionnées pour répondre aux questions suivantes :

  • Quels sont les domaines d’intervention couverts ?
  • Quelle approche de la promotion de la santé sous-tend les interventions étudiées ?
  • Quels sont les médias sociaux utilisés dans les interventions étudiées ?
  • Quels sont les publics ciblés et atteints par les interventions étudiées ?
  • Quelles sont les caractéristiques des interventions qui sont décrites ?
  • Quels sont les apports positifs des médias sociaux ?
  • Quels sont les limites et les risques des médias sociaux ?
  • Comment la question de l’évaluation des interventions est-elle abordée ?

Avec la collaboration de l’asbl Question Santé, le RESO propose également aux lecteurs des « Points de vue et réflexions » qui permettent tantôt d’appuyer, tantôt de nuancer les résultats de ces revues de littérature. Nous pensons que ce regard, parfois critique, permet de rapprocher les données scientifiques, qui sont quelquefois éloignées des pratiques de terrain, de la réalité et d’une vision partagée de la promotion de la santé.

La synthèse montre que les médias sociaux peuvent offrir des opportunités pour étendre le champ des interventions de promotion de la santé et présenter certains avantages. Les intervenants peuvent tirer parti des atouts du monde virtuel s’ils identifient les implications que l’utilisation des médias sociaux peut avoir dans un projet (planification, évaluation, compétences, temps de travail, ressources, enjeux…). Mais les médias sociaux peuvent aussi comporter de nombreux défis et leur utilisation soulève son lot de questions, aussi bien du côté de la recherche que du côté de la pratique.

Face aux résultats de l’analyse, Question Santé et le RESO relèvent quelques points d’attention. Par exemple, le fait que la majorité des interventions étudiées dans les revues sont basées sur l’approche de changement de comportement et prennent peu en compte notamment les aspects collectifs ou encore les déterminants sociaux de la santé qui interagissent et influencent les changements de comportement.

Un autre point de discussion soulève le problème de bulle cognitive, présente sur certains médias sociaux, et la difficulté pour les contenus de promotion de la santé de se faire une place parmi la multitude de publications qui atteignent les utilisateurs. Nous expliquons en quelques lignes ce phénomène de filtrage des informations qui n’avait pas été relevé par les revues de littérature analysées et qui pourtant peut entraver les interventions de promotion de la santé qui utilisent les médias sociaux.

La distinction des objectifs d’intervention vis-à-vis des objectifs de communication lorsqu’on utilise les médias sociaux au sein d’un projet constitue aussi un point sur lequel Question Santé et le RESO attirent l’attention.

Mais ce n’est pas tout ! Les résultats d’analyse de chacune des sections traitant les questions citées plus haut sont passés à la loupe de notre expertise.

La synthèse s’apparente plutôt à un outil de réflexion qu’un outil pratique, et nous espérons apporter des éléments enrichissants pour les lecteurs et les acteurs qui ont intégré les médias sociaux dans leurs interventions. Et même ceux qui hésitent à s’engager dans cette voie.

Nous vous invitons à découvrir l’entièreté de la synthèse sur le site internet du RESO, ou à venir emprunter sa version imprimée au centre de documentation du RESO. Les organismes souhaitant recevoir un exemplaire par la poste peuvent prendre contact avec nous via l’adresse reso@uclouvain.be.

Les synthèses de connaissances réalisées par le service universitaire de promotion de la santé UCLouvain/IRSS-RESO visent à soutenir les intervenants de promotion de la santé dans leurs pratiques, qu’ils soient professionnels, décideurs ou scientifiques, en partageant les connaissances en promotion de la santé.

Les synthèses sont disponibles sur le site du RESO :  www.uclouvain.be/reso

 

  1.  Kemp S. Digital 2019 : Belgium: We are social, Hootsuite2019

×
×