Décembre 2002 Par Maryse VAN AUDENHAEGE Initiatives

Le 23 octobre dernier, le service Infor Santé de la Mutualité chrétienne du Brabant wallon et le PSE libre de Wavre organisaient avec la collaboration du Centre local de promotion de la santé du Brabant wallon une après-midi de rencontre et d’échanges à destination des enseignants, directeurs d’écoles, étudiants des écoles normales, travailleurs PSE ou PMS. Le but: leur expliquer les nouvelles missions des équipes Promotion santé à l’école (ex-IMS) et montrer comment intégrer un projet santé dans le programme éducatif global.
Une centaine de participants avaient répondu présent.
Après une introduction de Jean-Marc Dieu (direction de la Mutualité chrétienne du Brabant wallon), Marie Ledoux , consultante à la Croix-Rouge de Belgique, expliqua de façon assez vivante en quoi la promotion de la santé et la question du bien-être de l’enfant pouvaient être intégrées dans le programme éducatif.
Jacqueline Valange (PSE libre de Wavre) présenta en détail les nouvelles missions des services Promotion santé à l’école, en mettant en avant les changements directs pour les écoles.
Deux expériences concrètes furent ensuite présentées par leurs promotrices: un projet ‘L’enfant et son environnement’ mené en 2001-2202 à l’école communale de Perwez par Chantal Marchand (PSE libre de Wavre) et Marie-Thérèse Hannay (PMS de la Communauté française de Wavre), ainsi qu’un projet ‘alimentation’ mené dans les écoles communales de Tubize par Angela Popolo (asbl Enfance et diététique ). Deux expériences pour lesquelles le point commun était l’implication de la communauté éducative dans les actions menées.
L’après-midi s’est clôturée par une foire aux outils pédagogiques durant laquelle Infor Santé, Education Santé , le CLPS du Brabant wallon, la Croix-Rouge de Belgique, Ampli-Junior (Mutualités socialistes) ou encore le Réseau Idée exposèrent leurs productions et purent répondre aux questions des participants.
On sait bien qu’une telle initiative isolée ne changera pas les mentalités ou les habitudes bien ancrées dans les pratiques. Mais c’est toujours sympathique de se rencontrer et d’échanger… et les petits ruisseaux ne font-ils pas les grandes rivières?
MVA