Un mensuel au service
des intervenants francophones
en promotion de la santé

Numéro 328

40 ans de lutte contre le lobby du tabac


Le 5 octobre, notre compatriote Luk Joossens, expert de renommée mondiale en prévention tabac, a pris sa retraite. La Fondation contre le Cancer a organisé en son honneur une séance académique relevée par la présence de plusieurs de ses collègues experts européens en matière de décryptage des stratégies souvent très subtiles de l’industrie du tabac pour contrer toute entrave à son développement.

Des stratégies parfois payantes, on ne peut le nier, mais aussi souvent contrées par la maturité des consommateurs potentiels et la ténacité des ‘activistes’ anti-tabac tels que Luk.

Le combat n’est pas encore gagné…

Sur la période 1977-2016 au cours de laquelle la personnalité du jour a œuvré, les industriels du tabac ont perdu pas mal de batailles, comme en témoigne l’érosion quasi constante du nombre de fumeurs quotidiens dans  nos contrées occidentales.

Dans son introduction aussi chaleureuse que teintée d’humour, le Dr. Didier Vander Steichel, Directeur médical de la Fondation contre le Cancer nous a rappelé qu’il ne faut pas baisser la garde, les chiffres montrant que c’est le cancer du poumon qui à l’heure actuelle progresse le plus rapidement chez les femmes en Belgique.

Il fut interrompu alors par l’apparition brutale d’une blonde glaciale, tout droit sortie d’un thriller d’Alfred Hitchcock, qui, s’étant manifestement trompée de lieu de conférence, s’adressa à la centaine de personnes présentes comme s’il s’agissait de représentants de Big Tobacco, se gaussant au passage des adversaires ridicules de leur beau et profitable business.

Il s’agissait en réalité de la pétulante et noire de cheveux sous sa perruque peroxydée Florence Berteletti, Directrice du Smoke Free Partnership (Bruxelles), qui avait imaginé cette façon percutante de dénoncer l’écoeurant travail de sape de notre démocratie européenne (déjà si fragile) par les innombrables lobbyistes de tout poil qui sévissent dans notre capitale, en particulier les spécialistes des ‘écrans de fumée’.

Les intervenants suivants, sans doute moins amusants (quoique) mais tout aussi pertinents complétèrent le tableau.

Le Professeur Yves Martinet, Président du Comité National contre le Tabagisme (France) nous exposa ainsi les tenants et aboutissants de la bataille en faveur du paquet neutre, qui vient de connaître une heureuse conclusion voici très peu de temps. Cela lui permit de nous citer ces paroles admirables de sentiment patriotique de Nicolas Sarkozy, farouche opposant à cette mesure de santé publique: «Si nous acceptions le paquet de cigarettes neutre, dans six mois on vous proposera la bouteille de vin neutre, et c'en sera fini de nos appellations, c'en sera fini de nos terroirs, c'en sera fini de la défense de nos savoir-faire. Vous aurez demain des intégristes qui vous demanderont la bouteille neutre. Puis le fromage neutre.» On aurait voulu la trouver, celle-là!

Pascal Diethelm, Président OxyRomandie (Suisse), sous le titre ‘Yes, it's rotten science, but it's in a worthy cause: the tobacco industry's immoderate love of quote mining’ nous démontra comment la manipulation mensongère de citations des activistes anti-tabac est utilisée jusqu’à la nausée par l’industrie pour les discréditer.

Le Professeur Anna B. Gilmore, du Tobacco Control Research Group de l’Université de Bath (Royaume Uni) nous plongea dans le bain des détails de certaines tactiques et techniques des cigarettiers. Exemple: financer les actions des mouvements féministes contre les violences conjugales pour qu’ils mettent le bémol à leurs actions anti-tabac. À découvrir en détail sur le site www.tobaccotactics.org.

De l’émotion

Impossible de mettre des bâtons dans les roues à Big Tobacco sans l’appui de politiciens insensibles aux sirènes et aux chantages divers (économie, emploi, liberté, etc.).

Louis Vanvelthoven, ancien parlementaire socialiste flamand, nous raconta ensuite la bataille pour instaurer l’interdiction de la publicité en faveur des produits du tabac dans notre pays. Récit très vivant d’un ancien fumeur de la marque Tigra, qui avant de nous exposer son combat, évoqua son premier contact avec la cigarette lorsqu’en 1944, à la libération de sa ville de Lommel, les soldats britanniques offraient des paquets par centaines aux hommes.

Sa proposition de loi, déposée en 1995 , fut finalement votée en 1997 après une opposition acharnée de nombreux parlementaires francophones qui voulaient à toute force préserver le Grand Prix de Formule 1 de Spa Francorchamp. Un vote historique et ‘communautaire’ (seuls les Écolos votèrent en faveur de la loi du côté francophone), assez rare dans le domaine de la santé publique.

Le mot de la fin revint tout naturellement à Luk Joossens, qui nous proposa en une vingtaine de minutes un condensé de son ‘testament’, l’ouvrage ‘De tabakslobby in België’, paru fort opportunément début octobre.

Nous ne résistons pas au plaisir de reproduire le prière d’insérer:

«Durant 40 ans, Luk Joossens a été pour les géants du tabac ce que Naomi Klein est actuellement pour les multinationales: un cauchemar. Son nom apparaît dans plus de 1500 documents internes de l’industrie du tabac.

Pour la British American Tobacco, il incarne à lui seul le mouvement anti-tabac en Belgique.

Luk Joossens a débuté sa croisade contre la cigarette en 1977. Son départ à la retraite est pour lui l’occasion de regarder en arrière, et de régler quelques derniers comptes avec l’industrie du tabac. Par exemple, comment les fabricants ont-ils pu agir à leur guise si longtemps, alors que leurs produits tuent la moitié de leurs consommateurs? Pourquoi contourner les réglementations liées au tabac est-il presque devenu un sport national? Qui sont ces politiciens de renom séduits par le lobby du tabac?

Le livre contient également des anecdotes surprenantes sur la ‘Fille Tigra’, Eddy Merckx et la cigarette R6, le festival Marktrock à Leuven verrouillé par L&M, Bernie Ecclestone et Francorchamps, Elio Di Rupo1, la contrebande internationale de cigarettes ou encore les cafés sans cendriers.

Il nous rappelle aussi à quel point le soleil est plus brillant quand la fumée se dissipe autour de notre tête.»

 

Luk Joossens, De tabakslobby in België, EPO, 156 pages, 2016. Livre disponible en néerlandais uniquement pour le moment.

Le mois prochain, nous en publierons un chapitre particulièrement croustillant, évoquant l’époque, au tournant des années 2000, pendant laquelle Big Tobacco se lança dans des campagnes… anti-tabac. Si, si, vous lisez bien!

Nous espérons aussi qu’une version française de cet ouvrage pourra paraître dans les prochains mois.

Les dix techniques de lobbying les plus couramment utilisées par l’industrie du tabac

Payer des scientifiques pour semer le doute et la confusion

Une tactique courante pour minimiser les dangers du tabagisme passif. Simplifiez et n’hésitez pas à exagérer, par exemple: «Manger des biscuits est plus dangereux que le tabagisme passif».

Mobiliser des particuliers pour mettre la pression sur les politiciens avec des campagnes ciblées

Des lettres enflammées d’un tenancier de café, d’un libraire ou d’un hôtelier de Spa (ville hôte du Grand Prix de Formule 1) peuvent faire des miracles. Probablement la technique la plus efficace. Les politiciens doivent être à l’écoute de la population, même lorsque l’industrie du tabac ou ses alliés ont tout orchestré…

Embrigader des tiers pour faire du lobbying en faveur de l’industrie du tabac

L’industrie du tabac n’a pas bonne réputation. Il est recommandé de faire réaliser le travail de lobby par des organisations respectées (groupements d’employeurs, Horeca, publicitaires, libraires) que les politiciens ne peuvent pas ignorer. Le secteur de l’Horeca, Unizo et le Syndicat Neutre pour Indépendants sont particulièrement mis à contribution.

Introduire un grand nombre de lobbyistes, à tous les niveaux décisionnels, afin de bloquer, amender ou reporter les décisions

Ces nombreux lobbyistes contacteront le plus de politiciens possible dans le but d’affaiblir la législation. C’est un incontournable dans le contexte compliqué de la réglementation européenne, avec ses 28 États membres et des 751 parlementaires européens! Et de toute façon, les adversaires de l’industrie du tabac n’ont pas les moyens d’en faire autant…

Engager des avocats pour faire annuler des lois par un tribunal ou réclamer des dommages et intérêts

Une technique de plus en plus ‘populaire’, par exemple lors des plaintes introduites contre les paquets de cigarettes neutres. Pas moins de 45 avocats de l’industrie du tabac étaient mobilisés à la Cour suprême du Royaume-Uni afin de plaider contre l’introduction des paquets neutres. Difficile pour les avocats indépendants de se faire entendre…

Publier des rapports alarmistes, de préférence juste avant un vote important

Une technique qui a été largement utilisée pour contrer l’interdiction de fumer dans l’Horeca. Par exemple: «une interdiction de fumer entraîne des fermetures en chaîne». Rien d’original, mais cela peut faire des dégâts.

Exagérer l’impact économique du secteur (chiffre d’affaire, emploi, bénéfices)

Toujours utile dans vos contacts avec le ministre du budget, des finances ou de l’industrie. Un classique des discussions sur Francorchamps. Même la Cour d’Arbitrage n’y a vu que du feu.

Faire en sorte de nuire à la crédibilité et au financement de vos adversaires

Ne négligez jamais vos adversaires, même s’ils ont des moyens financiers très limités. Il est recommandé de faire reconnaître les organisations les moins efficaces, voire même de les encourager.

Proposer des alternatives qui sonnent bien, mais qui sont peu efficaces

La plupart des politiciens sont partisans des campagnes de prévention et d’une interdiction de la vente aux mineurs. Cela fait plaisir à tout le monde, sans faire trop de dégâts… L’industrie sait être proactive et proposer volontairement des solutions indolores, comme la mise en place d’une Fondation avec un nom qui sonne bien, Rodin par exemple.

Miser sur le libre-échange, la sacro-sainte liberté d'expression, et s’opposer à tout excès de réglementation et de paternalisme

Tout est dit, il n’y a rien à ajouter.

Les cinq idées reçues les plus véhiculées par l’industrie du tabac

Le tabagisme passif est incommodant, mais pas mortel

Faux. Le consensus scientifique international est clair: le tabagisme passif tue! Selon une étude publiée dans The Lancet, environ 600.000 personnes meurent chaque année des suites du tabagisme passif, dont 379.000 de maladies cardiaques, 165.000 d’infections des voies respiratoires inférieures, 36.900 d’asthme et 21.400 de cancer du poumon.

Les interdictions de fumer entraînent des tensions entre fumeurs et non-fumeurs

Faux. Des enquêtes indépendantes commanditées par la Fondation contre le Cancer montrent que le taux de satisfaction au sujet de l’interdiction de fumer dans les restaurants a grimpé à 90 pourcents après son introduction. 82 pourcents des personnes interrogées en 2015 étaient en faveur des cafés sans fumée. Deux tiers des fumeurs partagent ce point de vue. Les espaces sans fumée ont gagné le soutien d’une large majorité de fumeurs.

Les interdictions de fumer ne sont pas efficaces

Faux. Les espaces sans fumée sont efficaces et sauvent des vies. Selon une étude de l’Université d’Hasselt, 3.040 crises cardiaques mortelles auraient été évitées en Flandre entre 2006 et 2011 grâce à cette mesure.

L’interdiction de fumer dans les restaurants et les cafés entraîne des pertes et des fermetures en chaîne

Faux. L’année où l’interdiction de fumer dans les restaurants est entrée en vigueur (2007), le nombre total de restaurants a augmenté de 139 et leur chiffre d’affaire de 5,5%. L’année de l’interdiction de fumer dans les cafés (2011) a vu le plus petit nombre de fermetures de cafés de la décennie (période 2003-2013). Le chiffre d’affaire des cafés a augmenté de 2,6% en 2011.

Une interdiction de la publicité n’est pas efficace, car la pub ne s’adresse pas aux jeunes mais aux fumeurs adultes afin d’influencer leur choix de marque

Faux. Cette interdiction est d’application dans notre pays depuis le 1/1/1999. Depuis, le pourcentage de fumeurs parmi les jeunes a fortement diminué. Selon Health Behaviour of School-Aged Children (HBSC), le pourcentage de fumeurs quotidiens parmi les Flamands de 15-16 ans a chuté de 21% en 1998 à 8% en 2014.

  1. Dont l’auteur déplore le rôle qu’il a joué dans la désinformation de l’opinion publique au moment où l’interdiction de fumer dans les cafés était en débat. Au crédit des politiciens socialistes francophones, Joossens place en tête du palmarès des Ministres de la Santé (période 1977-2016) Rudy Demotte (de 2003 à 2007), auquel il accorde une grande distinction: «Il a déjà un plan tabac après 6 mois. Il instaure l’interdiction de fumer dans les restaurants. Il fait en sorte que la Belgique soit le premier pays européen à imposer sur les emballages des photos choc des conséquences du tabagisme.»

×
×