Un mensuel au service
des intervenants francophones
en promotion de la santé

Numéro 338

Promotion de la santé mentale des jeunes adultes : des recommandations canadiennes


En juin 2017, l’Institut national de santé publique, mandaté par la Direction générale de la santé publique du ministère de la Santé et des Services sociaux, publiait sa synthèse des connaissances sur les champs d’action pertinents en promotion de la santé mentale chez les jeunes adultes. Cette synthèse, écrite par mesdames Roberge M-C et Déplanche F, est produite au départ d’un recensement des écrits déjà réalisés tant dans la littérature scientifique que dans la littérature grise. Elle fait suite à plusieurs travaux qui démontrent que, bien que corrélés il y a une distinction à faire entre la santé mentale et le trouble mental. Cela mène également à faire une distinction entre l’objectif de réduire les troubles mentaux et celui de soutenir une bonne santé mentale.

 

Des balises pour soutenir l’action en santé mentale

Afin de déterminer la pertinence des actions de promotions de la santé menées, les auteurs identifies quatre balises :

  • Distinguer la santé mentale des troubles mentaux : réaliser cette distinction a pour mission de pouvoir scinder les objectifs menés tant pour favoriser la santé mentale que pour atteindre une réduction des troubles mentaux. Rappelons que promouvoir la santé mentale c’est également participer à la diminution du nombre de troubles mentaux.

  • Favoriser l’épanouissement de tous : soutenir les actions qui visent le développement positif des individus et de leurs milieux de vie engendrent des résultats positifs variables avec une portée plus large que celles qui se limitent à réduire les problèmes ou les manquements.

  • Agir sur les déterminants sociaux de la santé mentale et leur distribution : les déterminants sont interreliés entre eux et distribués de façon inégale. Ils  sont divers et interviennent à différents niveaux. Agir sur les déterminants au niveau sociétal qui reprennent par exemple l’accès à la scolarisation, peut mener à un accroissement et une égalisation des opportunités qui s’offrent aux jeunes. Les actions sur les déterminants au niveau des milieux de vie, comme par exemple les conditions de travail, et ceux au niveau individuel peuvent influencer l’exposition de différents groupes aux facteurs de risque et de protection, contrecarrer les conséquences d’une mauvaise santé mentale ou encore d’agir directement sur les désavantages des personnes socioéconomiquement défavorisées.

  • Adopter une perspective de parcours de vie : les trajectoires familiales, éducationnelles, professionnelles et citoyennes se construisent au travers des interactions omniprésentes et complexes entre les individus, leurs milieux de vie et le contexte globale dans lequel tout ceci s’inscrit. Ces interactions se produisent tout au long de la vie des individus et influencent la construction de la santé mentale et physique.

 

Un champ d’action à différent niveau

« La recension des champs d’action pertinents atteste que favoriser et préserver la santé mentale des jeunes adultes relève d’un ensemble coordonné d’actions, à différents niveaux qui visent l’ensemble des jeunes tout en considérant leurs besoins variés. »1 Par ces actions, les jeunes peuvent avoir un meilleur contrôle de leur vie, un accès aux ressources sociales, participer à la vie économique, etc. et ce sans discriminations ou violence.

La synthèse identifie trois niveaux d’action :

  • Sociétal : on y propose des politiques qui influencent positivement les trajectoires de vie en promouvant un soutien aux familles, à la scolarisation, l’accès aux services de santé mentale de qualité orienté vers le bien-être et l’inclusion sociale dans un but d’outiller les jeunes adultes et ainsi protéger leur santé mentale.
  • Contextes et milieux de vie : l’idée est de créer des initiatives coordonnées dans les différents milieux de vie grâce à des acteurs de terrain qui connaissent les réalités de vie auxquels les jeunes adultes sont confrontés. Ces initiatives peuvent contribuer à réduire la violence, favoriser les habitudes de vie saines ou encore à renforcer les liens sociaux. En somme des actions qui visent à renforcer l’épanouissement, la réussite et l’engagement des jeunes.
  • Individuel : ces interventions doivent viser le développement des compétences personnelles des jeunes adultes mais aussi leurs compétences sociales sans se limiter à une transmission d’informations. Afin de pouvoir exercer ces nouveaux acquis il est nécessaire de leur associer des actions qui soutiennent l’accès à des conditions sociales, matérielles et physiques dans les différents milieux de vie.

 

Formulation de constats et de recommandations

« Cette synthèse de connaissances montre que la santé mentale, à l’instar de la santé physique, est le résultat de l’interaction dynamique, tout au long du parcours de vie, entre les individus, les groupes, les caractéristiques des milieux de vie et le contexte socioéconomique plus large.

Quelques constats et recommandations se dégagent de cette synthèse :

Les jeunes adultes ont des enjeux distincts qui doivent se refléter dans les politiques, les interventions et en recherche;

2. La promotion de la santé mentale des jeunes adultes nécessite d’adopter une perspective holistique fondée sur leurs forces et leurs atouts;

3. Les approches globales et intégrées doivent être soutenues dans les divers milieux côtoyés par les jeunes pour favoriser leur santé mentale;

4. La participation des jeunes à l’élaboration et au déroulement des actions leur étant destinées doit être encouragée;

5. Le développement de compétences des gestionnaires et des professionnels en faveur d’une perspective de promotion de la santé mentale des jeunes adultes doit être encouragé.

6. Plusieurs interventions susceptibles d’influencer la santé mentale et de réduire les inégalités sociales de santé mentale devaient faire l’objet d’une évaluation d’impact sur la santé;

7. La mesure de la santé mentale positive et des facteurs associés est un champ de connaissances émergent, dont le développement devrait être poursuivi.

En somme, favoriser et préserver de la santé mentale des jeunes adultes relèvent d’un ensemble coordonné d’actions. Ces actions doivent viser l'amélioration des conditions de vie, la mise en place de normes et de règles favorisant la réduction des inégalités sociales de santé mentale, l’accès aux ressources et services dans les divers milieux de vie ainsi que la participation des jeunes à la vie économique et sociale. Ces actions ne seront possibles que par une collaboration accrue entre les acteurs de santé publique et ceux d’autres secteurs. »2

Pour lire le rapport complet

Le rapport complet est disponible sur le site de l’Institut national de santé publique du Québec à l’adresse suivante : https://www.inspq.qc.ca/publications/2283

 

 

  1. Roberge MC. Déplanche F. (2017). Synthèse des connaissances sur les champs d’action pertinents en promotion de la santé mentale chez les jeunes adultes.

  2. Roberge MC. Déplanche F. (2017). Synthèse des connaissances sur les champs d’action pertinents en promotion de la santé mentale chez les jeunes adultes.

×
×