Juin 2022 Par Rachelle Rousseaux Ségolène MALENGREAUX Locale Bruxelles

En collaboration avec la COCOF, les Cabinets Maron-Trachte, le CBPS, Cultures & Santé, la FBPSanté, Question Santé et le Réseau Safe Ta Night

Dans cet article, nous décrivons brièvement un travail de recherche évaluative, menée fin 2021 en Région Bruxelles-Capitale, qui s’est penchée sur deux objets interreliés : une dynamique de concertation de crise, d’une part, et des projets et services mis en œuvre en réponse aux enjeux de la pandémie de COVID-19, d’autre part. Ce travail de recherche a pris la forme d’un recueil d’expériences1 qui est à découvrir sur le site du RESO : www.uclouvain.be/reso.

people plant tree, developing, taking a risk, support and solvin

« Stratégies concertées » ou pas ?

La dynamique de concertation de crise sera très vite désignée sous l’appellation de « stratégies concertées COVID bruxelloises », en référence aux stratégies concertées IST-VIH2 développées par un réseau d’acteur∙rices pour définir un cadre de référence commun au secteur de la prévention IST/hépatites/VIH. Ces stratégies concertées IST-VIH sont le résultat d’un travail d’élaboration de plusieurs années reposant sur la méthode de planification PRECEDE-PROCEED3. Il est important de préciser que la dynamique de concertation qui nous intéresse ici n’avait pas pour finalité d’élaborer un cadre de référence pour promouvoir la santé en contexte de pandémie et prévenir la propagation de la COVID-19. Nous préférons dès lors utiliser les termes de « dynamique de concertation de crise » pour marquer la démarcation avec les stratégies concertées IST-VIH.

Origine du recueil

A l’origine de la recherche, il y a une série d’acteur∙rices bruxellois∙es (détaillé∙es dans la liste ci-dessous) rassemblé∙es au sein d’un comité d’accompagnement (CA) et d’un comité de pilotage « promotion de la santé » (COPIL-PS) formés fin 2020. C’est à l’initiative de la COCOF et du Cabinet de la Secrétaire d’État et Ministre-Présidente Barbara Trachte que le CA voit le jour avec pour objectif de soutenir la mise en œuvre d’actions de promotion de la santé et de prévention de la COVID-19 à destination de publics aux besoins spécifiques ainsi que des actions de soutien aux professionnel∙les de la santé et du social en contact avec ces publics. Le COPIL-PS naît quant à lui du besoin des acteur∙rices de promotion de la santé participant au CA de se fédérer pour soutenir le déploiement de stratégies de promotion de la santé en contexte de pandémie.

Les premières réunions du CA sont mouvementées : la pression et l’urgence pèsent sur les discussions et le manque de perspective à moyen terme est déstabilisant. Pourtant les attentes sont grandes. Les difficultés ressenties ainsi que le caractère unique de l’expérience mettent en lumière la nécessité pour les membres du CA d’être soutenus pour tirer des leçons de cette expérience. Ainsi, quelques mois après la mise en place du CA et du COPIL-PS, le RESO (service universitaire de promotion de la santé situé à l’UCLouvain) rejoint la dynamique de concertation pour apporter ce soutien dans une démarche de recherche évaluative et participative.

Membres du CA et du COPIL-PS
CACommission communautaire française – COCOF
CACabinet de la Secrétaire d’État et Ministre-Présidente Barbara Trachte
CACrisis Manager COCOM
CALe Collège intermutualiste bruxellois représenté par les Mutualités Libres
CAOutbreak Support Team Belta
CAService de Prévention et d’Aide à la Jeunesse
CA & COPIL-PSCentre bruxellois de Promotion de la Santé – CBPS
CA & COPIL-PSCultures&Santé
CA & COPIL-PSFédération Bruxelloise de Promotion de la Santé
CA & COPIL-PSLes Pissenlits
CA & COPIL-PSQuestion Santé
CA & COPIL-PSRéseau Safe Ta Night : Ex-Aequo, Fédération Laïque des Centres de Planning Familial, Modus Vivendi et la Plateforme Prévention Sida

Démarches méthodologiques

La démarche évaluative a poursuivi deux objectifs, définis avec le COPIL-PS, la COCOF et la représentante du cabinet de la Ministre Barbara Trachte afin que ceux-ci répondent aux besoins des principales parties prenantes et contribuent à faire évoluer les travaux du CA et du COPIL-PS. Sur base de ces objectifs, le RESO a proposé deux démarches méthodologiques distinctes.

Le premier objectif de la recherche évaluative portait sur la mise en dialogue des parties prenantes du CA, ingrédient essentiel d’une concertation. Il s’agissait pour les membres du CA d’apprendre de cette expérience de concertation de crise. Au travers d’entretiens semi-directifs avec les parties prenantes du CA, nous avons cherché à clarifier le récit du CA – son histoire –, ses liens avec le contexte de pandémie, les caractéristiques du cadre de la concertation et ses effets. Compte tenu de l’importance pour le CA et le COPIL-PS de s’approprier pleinement les résultats de cette démarche, l’analyse des informations recueillies a fait l’objet de séances de délibération au sein du CA.

Le second objectif visait à mettre en lumière les projets et services mis en œuvre par certaines parties prenantes. Ces projets et services avaient de commun qu’ils reposaient sur des fondamentaux en promotion de la santé et qu’ils contribuaient à l’effort de prévention de la COVID-19. Au travers d’entretiens avec les chargé∙es de projet, nous avons cherché à capitaliser (c’est-à-dire passer de l’expérience aux connaissances) ces initiatives pour mettre en avant leurs particularités et intérêts en contexte de pandémie ainsi que leurs effets. Les résultats de ces analyses ont fait l’objet d’allers-retours entre les chercheuses et les chargé∙es de projet des structures impliquées.

Un recueil d’expériences en guise de rapport de recherche

Les résultats de cette recherche évaluative devaient, entre autres, permettre d’alimenter les réflexions en cours dans le cadre de la mise à jour du Plan Stratégique de Promotion de la Santé 2023-2027 et de l’élaboration du Plan Social-Santé Intégré pour la Région de Bruxelles-Capitale. A cette fin, le CA et le COPIL ont chacun formulé des recommandations qui sont à découvrir sur le site du RESO (www.uclouvain.be/reso).

Ils devaient également aider à visibiliser la pertinence des stratégies de promotion de la santé en contexte de pandémie. C’est dans cette optique que les résultats de la recherche ont pris la forme d’un recueil d’expériences qui montre comment les stratégies et principes de promotion de la santé ont contribué à répondre aux enjeux socio-sanitaires de la pandémie de COVID-19. Ce recueil ne prétend pas à l’exhaustivité ; de nombreux autres projets et services s’inscrivant dans cette démarche de promotion de la santé ont participé à lutter contre les iniquités en lien avec la pandémie. Le choix de se limiter à ces initiatives s’explique uniquement par le contexte de la réalisation de ce travail de recherche. 

La présentation de ces initiatives est structurée selon les stratégies dans lesquelles elles s’inscrivent. Pour définir ces stratégies, les chercheuses se sont basées sur des objectifs généraux et stratégiques proposés par la COCOF et retravaillés avec le COPIL-PS qu’elles ont croisés avec les travaux de chercheur∙euses canadien∙nes4,5. Ces dernier∙ères ont développé un cadre de préparation aux situations d’urgence de santé publique basé sur des valeurs communes à celles des démarches de promotion de la santé telles que l’équité.

A la suite de cet article, nous présentons brièvement ces stratégies et les initiatives capitalisées dans le cadre de ce travail de recherche.  

hands with speech balloon

Des stratégies et des initiatives en contexte de pandémie

  • Elaborer un plan d’action au moyen d’un processus de planification dynamique et collaboratif

En Région Bruxelles-Capitale, deux espaces de concertation multi-acteur·rices illustrent cet objectif général : il s’agit du CA et du COPIL-PS présentés ci-dessus. Cette double dynamique de concertation aura permis, d’une part, d’améliorer la capacité de ses membres à contribuer à la gestion de la crise et, d’autre part, de permettre une timide dissémination des stratégies de promotion de la santé dans les pratiques de gestion de la crise.

  • Etablir des liens, des partenariats et se baser sur des réseaux solides

Plusieurs organisations bruxelloises ont travaillé dans ce sens ce qui a permis une meilleure circulation de l’information, une réactivité plus rapide et plus importante, la fédération d’acteur·rices autour d’idées communes, ainsi qu’une amélioration de la capacité d’adaptation, de flexibilité et de résilience organisationnelle.

La FBPS, les Pissenlits et l’Observatoire du Sida et des Sexualités ont coordonné un projet de concertation rassemblant plus d’une trentaine d’acteur·rices œuvrant dans des démarches communautaires. Cette concertation aura permis, entre autres, de définir les apports des démarches communautaires en santé dans la lutte contre les inégalités sociales de santé, notamment en situation de pandémie. D’autre part, le réseau Safe Ta Night, composé de 4 associations – Modus Vivendi, la Plateforme Prévention Sida, Ex-Aequo et la Fédération Laïque des Centres de Planning Familia – est un réseau préexistant à la crise sanitaire qui s’est mobilisé pour cocréer des actions de Réduction des Risques en milieu festif, intégrant des messages de prévention de la COVID-19.

  • Comprendre les besoins et les ressources des communautés et générer des dynamiques locales

Plusieurs organisations ont eu recours à des analyses de situation (aussi appelées « diagnostic ») pour bien comprendre la nature de la problématique rencontrée par certains groupes en contexte de pandémie et identifier les leviers sur lesquels reposer leurs actions ou recommandations.

C’est le cas du CBPS qui s’est intéressé aux professionnel∙les relais (des secteurs social-santé) pour mieux comprendre l’impact de la COVID-19 sur leurs pratiques et aboutir, à la suite d’un processus participatif, à des recommandations pour une gestion de crise plus équitable. Le réseau Safe Ta Night a également réalisé un diagnostic en amont de la construction de son projet pour mieux comprendre les comportements à risque des « jeunes fêtard∙es » en contexte de pandémie. A la suite de cette étape, les partenaires ont élaboré, de manière participative, deux campagnes de sensibilisation sur les réseaux sociaux, renforcées par des actions d’outreach (démarche d’aller vers les publics). Un réseau de plusieurs AMO (service d’action en milieu ouvert) a également mené une étape de diagnostic communautaire qui a eu pour effet de créer une dynamique de mobilisation de jeunes, accompagnée par les AMO, qui a abouti à la création et à la diffusion d’une campagne centrée sur le thème de la liberté en contexte de pandémie, également renforcée par des actions d’outreach.

  • Soutenir les professionnel·les de la santé et du social

Durant la pandémie, les professionnel·les des secteurs de la santé et du social ont été particulièrement mobilisé·es en tant que relais des mesures de prévention de la COVID-19 auprès des usager∙ères des services sociaux et de santé. Rapidement, les acteur∙rices qui viennent en support à ces professionnel∙les ont identifié un besoin de renforcer les capacités des individus à gérer une situation de crise sanitaire.

Ce soutien a pris différentes formes. Cultures&Santé et Question Santé ont par exemple développé des outils pédagogiques sur des thématiques traitant de la COVID-19 (gestes barrières, vaccination, etc.) afin de soutenir les professionnel∙les relais à entrer en dialogue avec les personnes auprès desquelles iels interviennent. Ces outils ont été conçus pour rendre l’information accessible en tenant compte des niveaux de littératie en santé de la population. Ces acteur·rices, ainsi que le CBPS, ont également réalisé des séances de formation-sensibilisation et des intervisions avec les professionnel·les relais afin de les soutenir.

  • Apprendre et évaluer les processus et résultats

Les projets et services susmentionnés représentent des objets d’innovation dans le sens où ils se sont déployés dans un contexte nouveau et complexe. Il convient dès lors de créer une mémoire collective et de tirer les enseignements de cette expérience pour apprendre et s’adapter dans le futur. Tel que mentionné au début de cet article, cette démarche d’évaluation fut accompagnée par le service du RESO-UCLouvain, à la demande des membres du COPIL-PS et de l’administration de la COCOF. Les résultats de cette démarche ont été formalisés et sont proposés sous la forme d’un rapport intitulé « Promouvoir la santé en contexte de pandémie »1 et qui est disponible sur le site du RESO.

Pandémie et promotion de la santé

Les actions bruxelloises brièvement présentées ci-dessus ont en commun d’être fondées sur des valeurs et des stratégies dites de « promotion de la santé ». En sa qualité de stratégie de santé publique, la promotion de la santé est une composante essentielle d’une gestion de crise sanitaire (6). C’est ce que nous illustrons dans ce recueil de stratégies et d’actions concrètes que nous vous invitons à découvrir sur le site du RESO (www.uclouvain.be/reso).  

Références

  1. Rousseaux R. & Malengreaux S. (2022) Promouvoir la santé en contexte de pandémie – recueil d’expériences bruxelloises. Woluwé-Saint-Lambert : UCLouvain/IRSS-RESO, 34p. [cité le 11-05-22] Disponible sur : https://uclouvain.be/instituts-recherche/irss/reso/pandemie-et-promotion-de-la-sante.html
  2. Stratégies concertées IST-VIH. Observatoire du sida et des sexualités.  [cité le 11-05-22] Disponible sur : https://www.strategiesconcertees.be/
  3. Green L. & Kreuter M.W. (2005) Health program planning: An educational and ecological approach (4th ed.). New York: McGraw Hill.
  4. Khan Y., O’Sullivan T., Brown A.D., et al. (2018).  Public health emergency preparedness : a framework to promote resilience. BMC Public Health, 18:1344. https://doi.org/10.1186/s12889-018-6250-7
  5. Khan Y., Brown A.D., Gagliardi A.R., et al. (2019). Are we prepared ? The development of performance indicators for public health emergency preparedness using a modified Delphi approach. PLoS ONE, 14(12). https://doi.org/10.1371/journal.pone.0226489
  6. Scheen B., Aujoulat I., Lu pour vous : Stephan Van den Broucke, Why health promotion matters to the COVID-19 pandemic, and vice versa. Woluwé-Saint-Lambert : UCLouvain/ IRSS-RESO, 2020, 2 p. Disponible sur : https://uclouvain.be/fr/instituts-recherche/irss/reso/lu-pour-vous.html