Un mensuel au service
des intervenants francophones
en promotion de la santé

Numéro 285

Que mange-t-on ce midi à la cantine scolaire?


Vers une alimentation équilibrée, savoureuse et durable

En Belgique, près d’un enfant sur 5 est en surpoids. Conscients de ce phénomène, la Ministre de la Santé et de l’Égalité des chances, Fadila Laanan , la Ministre de l’Enseignement obligatoire, Marie-Dominique Simonet , et le Ministre de l’Enfance et du Développement durable, Jean-Marc Nollet , ont décidé de lutter ensemble pour une meilleure alimentation des jeunes en Fédération Wallonie-Bruxelles. Les trois ministres entendent agir dès le plus jeune âge via la cuisine de collectivité afin d’éduquer les papilles, de retrouver les saveurs et le plaisir du bien manger et du manger ensemble.
L’objectif: favoriser une alimentation équilibrée et savoureuse, réinventer la cuisine de collectivité et prouver que manger sain, équilibré et durable ne coûte pas nécessairement plus cher. Une alimentation durable est une alimentation dont les impacts sur l’environnement sont réduits, et dont la production et la commercialisation se font dans le respect de certaines règles sociales et éthiques.
Que ce soit dans les écoles ou les centres de vacances, plusieurs cantines ont déjà fait des efforts substantiels pour améliorer le contenu des assiettes, notamment par rapport aux critères d’équilibre diététique. Cependant, il n’existait pas jusqu’à présent d’outil de référence.
Avec l’appui de l’État fédéral (Service public fédéral santé publique, sécurité de la chaîne alimentaire et environnement) et des quatre hautes écoles de diététique de la Fédération Wallonie-Bruxelles, un cahier spécial des charges complet a été rédigé.
Ce document de référence est destiné à contribuer à l’amélioration des repas de collectivité pour les enfants de 3 à 18 ans. Il s’adresse en particulier aux pouvoirs organisateurs des écoles et des centres de vacances, aux directions des écoles maternelles, primaires et secondaires et des centres de vacances, aux services PSE et centres PMS, aux centres locaux de promotion de la santé, aux réseaux d’enseignement ainsi qu’aux fédérations des associations de parents.
Le cahier spécial des charges peut être utilisé tel quel pour lancer un marché public vers les fournisseurs de repas chauds mais il peut aussi être modulé en fonction des spécificités de chacun.
Lors du lancement de cette initiative importante, Guislaine Defourny , coordinatrice pédagogique du Département diététique de la Haute école Lucia de Brouckère, a détaillé les 6 éléments à prendre en considération pour évaluer les offres:
- prix des repas (critère pesant 30% dans la détermination du choix parmi les soumissionnaires);
- plan alimentaire (qualité, variété, saisonnalité, saveur et équilibre, grammages des aliments, etc. pour 30%);
- garantie de qualité (modes de cuisson respectueux des nutriments, circuits courts de distribution, fraîcheur et continuité dans la provenance des aliments, traçabilité, procédures internes de respect des élément précédents, le tout pour 20%);
- information sur l’alimentation durable, éducation au goût (10%);
- impact sur l’environnement, la santé, le personnel (5%);
- performance en insertion socio-professionnelle des publics en difficulté (5%).
Un accompagnement personnalisé gratuit ainsi que des formations pour les cuisiniers également gratuites sont prévus pour favoriser la mise en application du cahier des charges. Caroline De Cock , coordinatrice des stages en diététique, Haute école de la province de Liège, a détaillé l’offre de formation (des séances de 3 x 4 heures alternant cours magistraux et exercices pratiques) ainsi que les possibilités de coaching destinées à permettre aux pouvoirs organisateurs d’analyser les offres.
Concrètement, des responsables de l’Institut Saint-André de Ramegnies-Chin (Tournai) et la directrice de l’asbl Jeunesse à Bruxelles (qui gère chaque année de 40 à 60.000 journées de plaines de jeu et stages pour les jeunes de la Ville de Bruxelles) ont évoqué leurs initiatives en la matière.
Virginie Vandermeersch , chargée de projets à l’asbl Coordination Éducation Santé, a aussi eu le loisir de nous rappeler les nombreux outils élaborés par Cordes dans ce domaine depuis une quinzaine d’années, et de nous présenter en primeur les grandes lignes de sa nouvelle production, ‘Se mettre à table’, qui sortira début de cette année. Et que nous ne manquerons pas de vous présenter prochainement dans nos colonnes!
Certains se sont étonnés du caractère non contraignant de cette initiative ministérielle vu l’importance de l’enjeu de santé pour les enfants et les adolescents. Ce serait sans doute vouloir changer trop brutalement les habitudes, mieux vaut peut-être une implantation en douceur. Il sera d’autant plus intéressant de dresser un premier bilan en fin d’année scolaire…

Pour en savoir plus: http://www.enseignement.be , http://www.sante.cfwb.be , http://www.one.be. Courriel: cantine.sante@cfwb.be
 

 

 

×
×