Novembre 2001 Par C. LEONARD Hervé AVALOSSE Bernadette TAEYMANS Initiatives
En 1998, 135 cyclistes ont perdu la vie sur nos routes, 1092 ont été gravement blessés et 5755 ont été blessés légèrement. Ce chiffre ne tient compte que des accidents impliquant un cycliste et un véhicule motorisé. Les accidents de vélo sont en réalité bien plus fréquents: de nombreuses chutes, aux conséquences parfois très graves, ne sont pas répertoriées dans les statistiques officielles.
Les parties les plus touchées des cyclistes en cas de chute ou d’accident sont la tête, puis les genoux et enfin les pieds et les épaules. Une étude réalisée dans notre pays par une société d’assurances a révélé que 2 personnes sur 3 hospitalisées au service des urgences à la suite d’un accident de vélo souffraient de lésions crâniennes ou cérébrales.
Ceux qui disent que les casques ne sont pas utiles car ils ne protègent pas les cyclistes en cas d’accident grave perdent de vue que les accidents de vélo se produisent souvent sans collision. En effet, de nombreux cyclistes perdent tout simplement l’équilibre, butent contre un obstacle ou ont un problème technique, ce qui provoque leur chute.

Le casque vélo protège efficacement en cas de collision ou de chute. Car souvent la tête est la première endommagée. Il réduit significativement (85%) le risque de lésion à la tête en cas d’accident. En cas de chute, le casque répartit la force de l’impact sur l’ensemble de la boîte crânienne et il absorbe les chocs. Le cycliste qui ne porte pas de casque a un risque trois fois plus élevé de blessures à la tête que celui qui en porte un.
En Belgique le port du casque vélo n’est pas obligatoire mais vivement recommandé.

Qui porte un casque vélo?

Selon un sondage fait par l’association Pro-Vélo (1999), le nombre de cyclistes casqués est d’à peine 15 %.
Ce pourcentage varie beaucoup en fonction des régions et de l’âge des cyclistes.
Plusieurs raisons peuvent expliquer ce faible pourcentage:
– le casque reste peu connu;
– les parents ignorent généralement les risques de blessures à la tête liés aux accidents de vélo et ne connaissent pas l’efficacité du casque;
– de nombreux parents considèrent encore le vélo comme un jouet alors qu’il est un moyen de transport routier.

Un programme, des actions

Pour convaincre de l’importance du casque vélo et augmenter le nombre de cyclistes qui le portent , il est nécessaire de développer des actions de sensibilisation et d’éducation qui s’échelonnent sur plusieurs années.
C’est pourquoi, en collaboration avec l’Institut Belge pour la Sécurité Routière et l’association Educa-Santé, la Mutualité chrétienne a lancé un programme de prévention comprenant plusieurs axes et visant plus spécifiquement les enfants de 6 à 12 ans:
– une campagne d’information pour sensibiliser tous les cyclistes et donner une image positive du port du casque vélo (dépliants, affiches, événements, articles et contacts avec les médias, spot TV (1);
– un dossier pédagogique pour les enseignants et une brochure pour les enfants des classes primaires (6-12 ans) diffusés via un courrier à l’ensemble des écoles de la Communauté française;
– de plus, des mutualités régionales ont offert gratuitement un casque vélo aux enfants selon certaines modalités ainsi que des bons de réduction pour l’achat d’un casque pour l’entourage de ces enfants (en accord avec la firme Lazer produisant les casques).

Pré-test de certains outils de la campagne

Une étude qualitative, exploratoire et créatrice d’idées a été réalisée par un organisme extérieur sur base d’une interview de groupe avec 9 enfants. L’étude devait permettre d’obtenir un maximum de réactions et impressions du public cible (enfants de 6-12 ans) à l’égard de:
– la pratique du cyclisme et le port du casque;
– le casque lui-même;
– des propositions de look pour le casque;
– l’attrait des messages.

Synthèse des résultats et effets sur la campagne

– La couleur proposée (jaune) pour le casque a été très peu appréciée par les enfants: le jaune est voyant mais associé aux ouvriers travaillant sur chantier, c’est une couleur instrumentale. Ce résultat nous a amené à refaire une étape de test quant au choix de la couleur du casque.
La proposition de la mascotte Lou Casquou a été appréciée; elle donne une dimension plus sympathique, proche de l’enfant, plus émotionnelle.
– Le slogan proposé ‘Roulez futés, roulez casqués!’ correspond bien à l’univers de la mascotte et de l’enfant.
– L’habillage du casque a également fait l’objet de modifications: il a été simplifié et complété par une pochette d’autocollants permettant à l’enfant de personnaliser son casque.

Evaluation de la campagne 2000

La diffusion

La diffusion a été réalisée par les mutualités régionales avec des modalités et développements variant suivant la région. Voici quelques informations concernant la diffusion et le nombre de personnes (enfants et parents) contactées.

Casques

Liège Tournai Bruxelles Nivelles Charleroi-Centre-Thudinie
Tranches d’âge visées 6 à 8 ans 6 à 11 ans 6 à 8 ans 6 à 8 ans 6 ans
Nombre d’enfants potentiels 6754 5380 4500 3200 1100
Modalités choisies Réseau Mailing + événements + réseau Concours écoles Mailing + événement + réseau Mailing + événements + réseau
Nombre de casques distribués 3306 2800 550 1000 500

Matériel pédagogique

Quantités diffusées auprès des écoles
Dépliant 22.662
Dossier pédagogique 1012
Brochure enfant 22.702

De multiples événements locaux et régionaux ont eu lieu; de nombreuses collaborations se sont ainsi développées avec Jeunesse et Santé, l’IBSR, la gendarmerie et d’autres asbl telles que l’APPER, Pro-Vélo pour proposer des activités ludiques et pédagogiques.

Evénements

Charleroi-Centre-Thudinie Tournai Bruxelles Nivelles Mouscron Total
Nombre de participants (enfants et leurs familles) 480 1130 600 1000 1000 4210

L’adéquation des outils diffusés

Des commentaires et réactions ont été récoltés lors des réunions du groupe de projet et par un questionnaire aux collaborateurs régionaux. Ils ont permis de confirmer la qualité de la majorité des outils et d’en modifier certains pour la campagne 2001:
– les bons de réduction ont été supprimés: très peu de revendeurs ayant accepté de collaborer à la campagne;
– suite aux échos des enseignants relayés par les responsables régionaux, une nouvelle brochure pour les 5-8 ans a été produite pour la campagne 2001. La brochure existante, trop complexe pour cette tranche d’âge, a été conservée pour les 9-12 ans.

L’impact de l’offre de casque

Une enquête s’est déroulée par voie téléphonique durant le mois de mars 2001 (plus de 6 mois après la distribution des casques). Des familles ayant reçu effectivement le casque, à l’occasion d’un événement ou bien via le réseau des bureaux de permanence ont été interrogées.
Au départ, le nombre de répondants avait été fixé à 300 personnes (150/événement, 150/permanence). Au total, il y a eu effectivement 288 répondants. Ce sont les parents qui ont répondu aux questions de l’enquête.
Les enfants dont les parents ont été contactés et qui ont reçu le casque, se répartissent en fonction de l’âge de la façon suivante.

Age des enfants qui ont reçu un casque

nombre %
De 6 à 8 ans 185 64,2
De 9 à 10 ans 41 14,2
De 11 à 12 ans 62 21,5
Total 288 100

Le niveau de satisfaction, exprimé par une cotation sur une échelle de 1 à 10, par rapport au casque reçu est élevé:

Caractéristiques du casque qui ont été évaluées

Nombre de répondants Satisfaction – Moyenne des points (/10)
Les autocollants fournis qui permettent de personnaliser le casque 266 9.26
Les autocollants réfléchissants qui se trouvent à l’arrière du casque 268 9.18
La mention « Lou Casquou » 258 8.74
Le design, la forme, l’esthétique du casque 283 8.62
La rigidité du casque, le fait qu’il paraît solide, résistant 285 8.58
Le logo de la mutualité 215 8.52
Le nom du fabricant du casque 97 8.46
La couleur du casque 286 8.41
L’adaptabilité du casque 285 8.24

L’élément essentiel de l’évaluation a évidemment trait à l’utilisation effective de ce casque. De ce point de vue, les résultats sont extrêmement favorables:

Utilisation à vélo

Nombre de répondants Pourcentage
Très souvent 151 52.4
Souvent 93 32.3
Peu souvent 30 10.4
Pas du tout 8 2.8
Je ne sais pas 6 2.1
Total 288 100

Si l’enfant utilise «peu souvent» ou «pas du tout» le casque (= 38 enfants) , pour quelles raisons (ici il faut interpréter les chiffres avec prudence, vu le faible nombre de répondants concernés)?

Raisons

Nombre de répondants Pourcentage
Mon enfant oublie de le mettre 14 36.8
Casque trop petit, trop grand, pas adapté 9 23.7
Le casque n’est pas joli 5 13.2
Les camarades de mon enfant n’en portent pas 4 10.5
J’oublie d’imposer à mon enfant de rouler avec le casque 3 7.9
Autres raisons* 14 36.8

* roule à 4 roues, ne va pas beaucoup à vélo, ne le portent pas quand ils roulent sur la pelouse…

Est-ce que votre enfant utilise le casque à d’autres occasions que le vélo?

Autre utilisation

Nombre de répondants Pourcentage
Trottinette 51 17.7
Patins à roulettes 37 12.9
Skateboard 3 1.0
Autre/ ne sait pas 151 52.4
Pas de réponse 46 16.0
Total 288 100

Conclusions

L’investissement dans l’évaluation du programme a été faible (environ 1% du coût de l’ensemble de l’opération). Malgré cela, les actions d’évaluation ont permis d’ajuster différents aspects du programme et de confirmer l’accroissement du taux d’utilisation du casque vélo, qui était le but premier de cette action de promotion de la santé.
Certaines dimensions n’ont pas été évaluées mais mériteraient de l’être:
– des parents ne sont pas venus chercher le casque: pourquoi?
– quel a été l’impact des actions menées dans les écoles: le nombre et le type d’actions menées, l’évolution du nombre d’enfants qui portent un casque (avant et après les actions de sensibilisation),…
Au printemps 2001, le programme a donc été relancé dans les différentes régions et se poursuit encore par des animations en collaboration avec des écoles ou des groupes d’animation locale: activités ludiques, éducatives et distribution de casques vélo se multiplient localement. Et à chaque fois, l’enthousiasme et le plaisir des participants, enfants, parents ou organisateurs, sont au rendez-vous!
Bernadette Taeymans , responsable des projets Infor Santé, Christian Léonard et Hervé Avalosse , Service Recherche et Développement, Alliance nationale des mutualités chrétiennes
Pour tous renseignements, vous pouvez vous adresser au service Infor Santé, ANMC, chaussée de Haecht 579 bte 40, 1031 Bruxelles, Belgique, tél: 02-246 48 52, fax: 02-246 49 88.

(1) Vous ne vous souvenez pas du petit dessin animé mettant en scène Lou Casquou, le cycliste fonceur? C’est normal: bien qu’autorisée par la Ministre de la Santé, la campagne a été censurée par les régies publicitaires, au mépris de la loi régissant l’octroi d’espaces gratuits pour les campagnes de promotion de la santé radiodiffusées. Une ‘première’ dont les promoteurs du spot se seraient bien passés!