Octobre 2021 Par Martin BIERNAUX Repères

La communauté scientifique, les mouvements citoyens et l’actualité ne cessent d’alerter sur l’urgence d’agir contre le réchauffement global. Épisodes caniculaires plus fréquents, pollutions atmosphériques aggravées, allongement des périodes propices aux allergies, migrations de certaines maladies à vecteur, etc., sont autant d’exemples de risques associés aux changements climatiques et qui affecteront la santé dans nos régions. Selon l’OMS, les changements climatiques représentent la plus grande menace pour les systèmes de santé dans le monde au 21ème siècle. Comme souvent, les risques qui pèsent sur la santé se répartiront inégalement au sein de la population.

forest and fire on a green field, top view. trees in the form of lungs, the health of planet earth. concept of environmental pollution. lungs smokers creative idea

Cet article a été rédigé en mars 2020.

Les changements climatiques en cours et à venir

Le réchauffement du système climatique est sans équivoque et l’influence de l’homme est clairement établie. Les émissions de gaz à effet de serre d’origine anthropique sont en cause. La moyenne globale de la température à la surface de la Terre a augmenté de 1°C par rapport aux niveaux préindustriels et le retard pris dans les efforts d’atténuation place le monde sur la trajectoire d’un niveau élevé d’émissions qui, selon les projections, devrait aboutir à un réchauffement global compris entre 2,6 et 4,8°C d’ici la fin du siècle1 . Une planète aussi chaude, notre espèce n’en a jamais connu.

En Belgique, si une élévation généralisée des températures est anticipée, les projections prévoient également un renforcement du caractère saisonnier des précipitations. Les précipitations hivernales seront plus importantes tandis que les étés seront plus secs et plus chauds. Outre ces tendances saisonnières, les projections prévoient une augmentation de la fréquence des évènements extrêmes que sont les pluies intenses et les canicules2 .

Le dernier rapport The Lancet Countdown on health and climate change met en garde : si nous continuons sur cette trajectoire, un enfant né aujourd’hui vivra dans un monde plus chaud de 4°C en moyenne, et verra sa santé menacée par les changements climatiques à toutes les étapes de sa vie3. Voyons comment.

Des impacts directs

L’impact le plus immédiat et le plus direct des changements climatiques sur la santé humaine se manifeste par l’augmentation constante de la température moyenne mondiale et par l’augmentation de la fréquence, de l’intensité et de la durée des chaleurs extrêmes. Les conséquences physiopathologiques de l’exposition à la chaleur chez l’homme comprennent le stress thermique et le coup de chaleur, les lésions rénales aiguës et l’exacerbation de l’insuffisance cardiaque congestive4 . Plus que la mise en échec de la thermorégulation de l’organisme, c’est surtout l’effet déclenchant sur diverses maladies ou l’aggravation de phénomènes pathologiques préexistants qui devraient engendrer une surmorbidité et une surmortalité estivale5.

Les étés chauds de 2003 et 2006 ont provoqué une augmentation de la mortalité toutes causes confondues en Belgique (environ 1230 décès supplémentaires en 2003 et 1263 décès en 20066). Or, selon le scénario d’émissions les plus élevées (RCP8.5), les vagues de chaleur extrêmes telles que celle qui s’est produite en 2003 devraient se produire aussi souvent que tous les deux ans dans la seconde moitié du 21ème siècle7. Dans toutes les régions du monde, la proportion de populations vulnérables à l’exposition à la chaleur augmente. Mais l’Europe est la région la plus vulnérable en raison de sa population plus âgée, de son haut taux d’urbanisation et de la prévalence élevée des maladies cardiovasculaires et respiratoires et du diabète8. Or, en Belgique, les personnes âgées de 80 ans et plus étaient 412 098 en 2003, elles étaient 654 084 en 2019 et leur effectif devrait se situer autour de 1 255 008 en 20509.

Les changements climatiques peuvent également affecter directement la santé en raison de l’augmentation prévue des évènements météorologiques extrêmes. Si une tendance à la hausse de ces évènements n’a pas encore été enregistrée par l’Institut royal de météorologie, c’est en revanche déjà le cas au niveau mondial, principalement en raison de l’augmentation des inondations et des tempêtes10. L’accroissement du risque d’incendie de forêt inquiète également la communauté scientifique et les autorités sanitaires. Ces évènements extrêmes peuvent entrainer des décès et des blessures accidentelles, désorganiser des systèmes de soins, entrainer une pollution de l’eau (dans le cas des inondations) et de l’air (dans le cas des feux sauvages). Par ailleurs, dans les mois et années qui suivent les évènements météorologiques extrêmes, des répercussions sur la santé mentale peuvent apparaître comme les troubles du sommeil, l’anxiété, les phobies, le stress post-traumatique, la dépression voire des tendances suicidaires, surtout en cas de troubles psychiques antérieurs ou lorsque les populations ont dû être déplacées11.

Figure : Les relations entre les changements climatiques et la santé

image inedit 1
Source : WATTS N. et al. (2018). “The 2018 report of the Lancet Countdown on health and climate change: shaping the health of nations for centuries to come”. The Lancet, 392 (10163): 2479–2514

Des impacts indirects véhiculés par les écosystèmes

En modifiant les écosystèmes, les changements climatiques pourraient indirectement engendrer des impacts sur la santé. La dégradation de la qualité de l’air, les modifications bioclimatiques influençant la production des allergènes aériens et la présence de vecteurs de maladies infectieuses sont particulièrement redoutées.

La pollution atmosphérique est le plus grand risque environnemental pour la santé en Europe. Environ 400 000 décès prématurés ont été attribués à la pollution atmosphérique en 201812 (9380 en 2016 en Belgique13). Ces décès résultent de maladies cardiovasculaires, respiratoires et de cancers. Étant donné les modifications de température, de luminosité et de précipitations attendues, les concentrations d’ozone troposphérique et de microparticules risquent d’augmenter en Europe14.

La concentration dans l’air de pollens allergisants pourrait elle aussi augmenter. Nous observons déjà des tendances au déplacement de la floraison, à la prolongation de la saison et à l’augmentation des quantités de pollen de fin d’été15 . En se conjuguant, ces différentes tendances renforceraient l’occurrence et la sévérité des allergies respiratoires, rhinite ou asthme16 . Par ailleurs, le déplacement en latitude ou en altitude de l’aire de répartition de différentes plantes, dont certaines fortement allergisantes, engendrera une nouvelle géographie des pollens17 . La colonisation de nos contrées par l’ambroisie en est une illustration et constitue une réelle préoccupation en matière de santé.

La communauté scientifique s’inquiète également depuis de nombreuses années de ce que les changements climatiques vont probablement contribuer à influencer l’émergence de certaines maladies infectieuses ainsi que leur distribution géographique. Les changements climatiques, parce qu’ils impliquent dans certaines situations un climat plus chaud, plus humide (ou plus sec), devraient induire des changements substantiels dans la répartition géographique et saisonnière des vecteurs et de leurs maladies associées en Europe et pourraient permettre l’établissement de maladies exotiques actuellement absentes du continent18 . Actuellement, les craintes se portent vers la borréliose de Lyme (déjà présente en Belgique) transmise par des tiques. L’évolution de l’implantation du moustique tigre asiatique qui transmet les virus de la dengue, du chikungunya et du zika fait également l’objet d’inquiétudes de même que les vecteurs du virus du Nil occidental et de la leishmaniose.

Des impacts indirects véhiculés par le système social

Enfin, quatre effets indirects des changements climatiques véhiculés par le système social apparaissent essentiels à anticiper. Il s’agit des risques pesant sur la sécurité alimentaire, des conséquences en matière de santé mentale, des répercussions socioéconomiques attendues et enfin des pressions qui s’exerceront sur le système de santé.

En matière de sécurité alimentaire, si les risques pesant sur la disponibilité des denrées semblent moins concerner un pays comme la Belgique, il convient de souligner que les pays développés ne seront de toute façon pas épargnés par la hausse et la volatilité des prix induites par les changements climatiques en raison de la mondialisation du marché alimentaire19 . Or celles-ci risquent de se répercuter sur les comportements d’achat des populations les moins aisées tentées de se rabattre sur des aliments transformés, de moindre qualité nutritionnelle, souvent très gras et sucrés mais assez peu sensibles aux fluctuations tarifaires des produits de base20 .

Concernant la santé mentale, en plus des impacts des évènements météorologiques extrêmes, les changements climatiques peuvent entraîner un sentiment de perte de sens suscitée par le fait de voir notre environnement et nos biens être endommagés, ainsi que nos opportunités diminuées21 . Ce sentiment est connu sous le nom de « solastalgie » ou « éco-anxiété ». Les messages alarmants concernant l’avenir de notre environnement alimentent cette éco-anxiété qui se traduit par des troubles anxieux en lien avec la peur de la fin du monde (sous la forme d’attaques de panique ou d’angoisses plus diffuses pouvant conduire à des troubles du sommeil, un manque de motivation, des troubles de concentration) allant même parfois jusqu’à l’épisode dépressif22 .

Un autre impact indirect sur la santé très préoccupant est la fragilisation des conditions socioéconomiques de la population en général et de certaines franges en particulier que pourrait engendrer le réchauffement global. En effet, les changements climatiques entraînent déjà des pertes économiques et on s’attend à une accélération de celles-ci avec l’augmentation du nombre d’évènements climatiques extrêmes et la multiplication des sinistres. Une autre répercussion économique largement évoquée par la littérature est la perte de productivité. La hausse des températures et les vagues de chaleur limitent de plus en plus la capacité de travail de diverses populations et le phénomène est appelé à s’amplifier. À titre illustratif, les régions du sud des États-Unis auraient perdu 15 à 20% des heures potentielles de travail de jour pendant le mois le plus chaud de 201823 . Au bout du compte, les incidences des changements climatiques devraient ralentir la croissance économique dans son ensemble et entraver les efforts de lutte contre la pauvreté24 .

Enfin, les systèmes de santé vont également être soumis à une pression croissante, ce qui pourrait avoir des répercussions en matière d’accès aux soins. Même si la crise sanitaire provoquée par la Covid-19 n’est, a priori, pas corrélée aux changements climatiques, elle n’en est pas moins une illustration de l’ampleur avec laquelle notre système de santé peut être mis sous pression, à la fois sur le plan économique et sur le plan organisationnel. Aussi, par son impact sur la transmission des maladies infectieuses et les conséquences sanitaires des vagues de chaleur, de la pollution de l’air ou des inondations, le réchauffement global risque de mettre sous pression le système de santé, l’afflux soudain d’un grand nombre de personnes malades dans les structures de santé monopolisant une grande partie des ressources du système. Les taux de mortalité des autres maladies pour lesquelles les malades peineraient à accéder à des soins pourraient ainsi augmenter25 . Par ailleurs, les risques pesant sur les infrastructures et leur accessibilité (pannes de courant, endommagement du réseau routier, des bâtiments) doivent être pris en compte26 . Il est important de noter que le réchauffement global « agit comme un multiplicateur des risques, exacerbant nombre des problèmes auxquels les communautés sont déjà confrontées, et renforçant la corrélation entre plusieurs risques sanitaires, ce qui les rend plus susceptibles de se produire simultanément »27 . Enfin, les évolutions attendues du climat, en l’absence d’adaptation, provoqueront inévitablement des dépenses de santé supplémentaires. Ces dépenses seront à charge de la société via le remboursement des soins de santé, ou bien viendront gonfler les dépenses de santé des ménages.

Des vulnérabilités inégales au sein de la population

L’interconnexion des systèmes climatiques et des écosystèmes, et l’interdépendance des économies et des sociétés font que personne ne sera épargné par les conséquences des changements climatiques. Néanmoins, les effets des changements climatiques sur la santé ne seront pas les mêmes pour tous en raison des différences d’exposition, de sensibilité et de capacité d’adaptation qui ensemble concourent à des différences de vulnérabilité des individus et des groupes28 .

Les impacts sanitaires du réchauffement global vont donc inégalement se répartir au sein des territoires et de la population. De manière générale, les personnes âgées, les personnes malades ou à mobilité réduite, et les groupes les plus pauvres ou marginalisés seront les plus affectés.

En effet, pour des raisons à la fois physiologiques, socioéconomiques et comportementales, les personnes âgées sont les plus exposées aux tempêtes, inondations, vagues de chaleur et autres évènements extrêmes, mais aussi à la dégradation de la qualité de l’air et à certaines maladies infectieuses climato-sensibles29 . Elles sont moins mobiles et ont donc plus de difficulté à éviter les situations dangereuses et sont aussi plus susceptibles de vivre seules. Par ailleurs, elles sont également plus nombreuses à souffrir de problèmes de santé qui limitent la capacité du corps à répondre à des facteurs de stress tels que la chaleur et la pollution de l’air30 . Les personnes âgées sont également plus susceptibles de se faire prescrire des médicaments, dont certains sont associés à un risque accru de décès lié à la chaleur.

L’état de santé est également un facteur clé de la vulnérabilité aux conséquences des changements climatiques. En effet, les maladies chroniques comme le diabète et les cardiopathies ischémiques amplifient le risque de décès ou de maladies graves associés à des températures ambiantes élevées31 . Au même titre que les maladies respiratoires chroniques, elles amplifient aussi le risque lié à la pollution atmosphérique. La consommation de certains médicaments (par exemple les antihypertenseurs, les antidépresseurs et les antipsychotiques) a une incidence sur la sensibilité à la chaleur en nuisant à la fonction de réfrigération du corps ou la rétention d’eau et du sel32 .

Enfin, la capacité à s’adapter ou à se rétablir peut être moindre en raison de faibles revenus. Les populations défavorisées sur le plan socioéconomique vivent par ailleurs plus souvent dans des logements de moindre qualité (notamment du point de vue de l’isolation), dans des quartiers plus densément peuplés, plus pollués et moins bien équipés (en espaces verts notamment), ce qui les expose plus aux vagues de chaleur et à la pollution atmosphérique33 .

Conclusion

Même avec les efforts d’atténuation les plus ambitieux, nos sociétés vont devoir s’adapter aux conséquences des changements climatiques. Le secteur de la santé est particulièrement concerné car les changements climatiques vont influencer de manière croissante la santé en agissant d’une part sur les déterminants environnementaux de la santé, mais également à travers le vieillissement de la population, l’état du système de soins et les répercussions socioéconomiques.

Par ailleurs, ces risques se répartissent inéquitablement au sein de la population, l’âge, l’état de santé et les conditions de vie étant les principaux déterminants de la vulnérabilité. Les changements climatiques agissent en réalité comme un facteur aggravant les inégalités sociales de santé.

En 2014, l’OMS affirmait que les changements climatiques seront la question déterminante pour les systèmes de santé au 21ème siècle. La crise sanitaire provoquée par le Covid-19 illustre bien l’importance de doter le système de santé d’un bon niveau de résilience face à des chocs de grande ampleur. Selon l’OMS, un système de santé résilient face aux changements climatiques est « un système capable d’anticiper les chocs et stress liés au climat, d’y réagir, d’y faire face, de s’y adapter, et de se rétablir, de façon à améliorer durablement la santé des populations, malgré un climat instable »34 . Un tel objectif est réalisable à condition que tous les professionnels de la santé y contribuent à leur niveau.

[1] WATTS N. et al. (2017b). “The Lancet Countdown on health and climate change: from 25 years of inaction to a global transformation for public health”, The Lancet, 391: 581-630

[2] DE RIDDER K. et al. (2020b). Evaluation of the socio-economic impact of climate change in Belgium, study commissioned by the national climate commission,Etude commandée par la commission nationale climat, 253 p.

[3] WATTS N. et al. (2019). “The 2019 report of The Lancet Countdown on health and climate change: ensuring that the health of a child born today is not defined by a changing climate”. The Lancet, 394 (10211): 1836-1878.

[4] Ibid.

[5] BESANCENOT J-P. (2015). « Changement climatique et santé ». Environnement, Risques & Santé, 14 (5) : 394-414.

[6] SCIENTIFIC INSTITUTE OF PUBLIC HEALTH (2009). Climate change and health – Set-up of monitoring of potential effects of climate change on human health and on the health of animals in Belgium. Bruxelles, Unit Environment and Health, 54 p.

[7] EUROPEAN ENVIRONMENT AGENCY (EEA) (2020). Healthy environment, healthy lives: how the environment influences health and well-being in Europe. Luxembourg, Publications Office of the European Union, 165 p.

[8] WATTS N. et al. (2019), op. cit.

[9] Calculs personnels sur base des données de population « 1991-2019 : observations, Statbel; 2020-2071 : perspectives – mise à jour COVID-19″, BFP et Statbel, Bureau fédéral du Plan; SPF Economie – Statbel.

[10] SCIENTIFIC INSTITUTE OF PUBLIC HEALTH, op. cit.

[11] BESANCENOT J-P. (2015), op. cit.

[12] European Environment Agency (EEA), (2020), op. cit.

[13] EUROPEAN ENVIRONMENT AGENCY (EEA) (2019). Air quality in Europe – 2019 Report. Luxembourg, Publications Office of the European Union, 99 p.

[14] SCIENTIFIC INSTITUTE OF PUBLIC HEALTH, op. cit.

[15] CLOT B. (2008). « Pollen de l’air et risque d’allergie : l’évolution récente », Environnement, Risques & Santé ,7(6) : 431 – 434

[16] BESANCENOT J-P. (2015), op. cit. 

[17] Ibid.

[18] EUROPEAN ENVIRONMENT AGENCY (EEA), (2020), op. cit.

[19] BESANCENOT J-P. (2015), op. cit.

[20] Ibid.

[21] IPCC (2014). Climate Change 2014: Impacts, Adaptation, and Vulnerability. Part A: Global and Sectoral Aspects. Contribution of Working Group II to the Fifth Assessment Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change. Cambridge and New York, Cambridge University Press, 1132 p.

[22] FOND G. et Al. (2019). « Psychiatrie et réchauffement climatique ». L’encéphale, 45(1) : 1-2

[23] WATTS N. et al, (2019), op. cit.

[24] GIEC (2014b). Changements climatiques 2014 : Rapport de synthèse – Résumé à l’intention des décideurs, p.16.

[25] Ibid.

[26] PAAVOLA J. (2017). “Health impacts of climate change and health and social inequalities in the UK”. Environmental Health, 16 (113): 61-68

[27] WATTS N. et al. (2017b), op. cit. , p. 582.

[28] PAAVOLA J., op. cit.

[29] BESANCENOT J-P. (2015), op. cit.

[30] IPCC, op. cit.

[31] Ibid.

[32] Ministère de la santé et des soins de longue durée – direction des politiques et des programmes de santé publique   (2016).  Trousse de l’Ontario sur le changement climatique et la santé, Ontario, Imprimeur de la Reine pour l’Ontario, 58 p.

[33] IPCC, op. cit.

[34] OMS (2016). Cadre opérationnel pour renforcer la résilience des systèmes de santé face au changement climatique. Genève, Organisation mondiale de la Santé, p. 8.